Accueil du portailEntreprisesCréation d'entreprise : les démarches à effectuer

Création d'entreprise : les démarches à effectuer

18/11/2016

Ca y est ! Vous avez défini votre projet d'entreprise, vous avez fait une étude de marché et trouvé des financements. Vous êtes prêts à vous lancer. Mais connaissez-vous bien les démarches nécessaires à la création d'entreprise ? A qui devez-vous vous adresser ? Tour d'horizon des formalités nécessaires.

Réussir son business plan

Document détaillant les points clés de votre projet de création ou de reprise d'entreprise, le business plan est un outil incontournable pour structurer votre projet et convaincre banquiers et financeurs. Mais savez-vous comment le réaliser ?

Plus d'information sur le business plan : Découvrez en 2 minutes comment réussir votre business plan.

Le statut juridique de l'entreprise

Avant toute chose, choisir la forme juridique de votre future entreprise est un choix crucial. Entre une société à responsabilité limitée (SARL), une société anonyme (SA) ou une entreprise individuelle (EI) par exemple, les responsabilités, le régime social ou encore l'imposition peuvent changer du tout au tout. Votre décision peut dépendre de la volonté de vous associer ou non, du choix de séparer votre patrimoine personnel de votre patrimoine professionnel, des perspectives d'évolution de votre entreprise...

Le régime fiscal de votre entreprise

Vous créez votre entreprise ? Vous allez devoir choisir votre type d’imposition (impôt sur les sociétés ou impôt sur le revenu) et votre régime d’imposition (micro-entreprise, régime réel et régime de la déclaration contrôlée).

En savoir plus sur le régime fiscal : 2 types d’imposition au choix pour votre entreprise : l'impôt sur les sociétés ou l'impôt sur le revenuMicro-entreprise, régime réel et régime de la déclaration contrôlée : les 3 régimes d’imposition des entreprises

Lire aussi : Quel statut juridique choisir pour son entreprise ?

Les déclarations et immatriculations

Pour que votre entreprise ait une existence juridique, il convient de déclarer votre activité et de demander votre immatriculation auprès de différents répertoires ou registres :

  • Le répertoire Sirene (pour « système informatique pour le répertoire des entreprises et des établissements »), dont la gestion est confiée à l'Insee. Ce répertoire enregistre l'état civil de toutes les entreprises et leurs établissements, quelle que soit leur forme juridique et quel que soit leur secteur d'activité ;
  • Le registre du commerce et des sociétés (RCS), tenu par les greffes des tribunaux de commerce, si votre activité est commerciale ou si vous avez opté pour le statut de société ;
  • Le répertoire des métiers (RM), tenu par les chambres de métiers et de l'artisanat, si votre activité est artisanale ;
  • Le registre spécial des agents commerciaux (RSAC), tenu par les greffes des tribunaux de commerce, si vous êtes agent commercial.

Il faut également se faire connaître des différentes administrations, comme les services fiscaux, les caisses de retraite, les caisses maladie…

Lire aussi : Comprendre en 5 questions comment comment créer son entreprise

Un guichet unique pour la création d'entreprise : le CFE

Pour simplifier toutes ces démarches, des guichets uniques ont vu le jour : les centres de formalités des entreprises (CFE).  Ce sont les interlocuteurs privilégiés dans les formalités de création. Ces CFE centralisent les pièces de votre dossier et les transmettent aux différents organismes concernés. C’est ensuite l’organisme destinataire qui contrôle la régularité des pièces et valide la déclaration.

Savoir à quel CFE vous adresser

guichet-entreprise.fr : pour créer son entreprise en ligne

Que vous démarriez une activité commerciale, artisanale, agricole ou encore libérale, vous pouvez effectuer les premières procédures de création directement sur Internet !

En savoir plus sur la marche à suivre pour créer son entreprise en ligne.

Lire aussi : Impôt sur les sociétés ou impôt sur le revenu : quelle imposition selon son statut ?

Des numéros d'identification

Après ces démarches effectuées, vous obtiendrez plusieurs identifiants, tous attribués par l'Insee :

  • Un SIREN : un numéro unique d'identification à neuf chiffres donné à chaque entreprise. Il est donné une seule fois et supprimé qu'au moment de la disparition de la personne juridique ;
  • Un ou plusieurs SIRET : un numéro unique d'identification à 14 chiffres donné à chaque établissement. Les neufs premiers chiffres correspondent au SIREN de l'entreprise dont l'établissement dépend. Les cinq derniers à un numéro interne de classement. Le SIRET disparaît quand l'activité cesse dans l'établissement ou lorsqu'il change d'adresse ;
  • Un code APE (pour « activité principale exercée ») : constitué de quatre chiffres et une lettre, selon la nomenclature d'activités françaises. Une entreprise et ses établissements peuvent avoir des codes APE différents selon la ventilation des activités de l'entreprise.

Lire aussi : Création d'entreprise : comment déclarer votre activité

Les activités réglementées

Pour certaines activités réglementées, les CFE et le site Guichet entreprises peuvent s’occuper, au-delà de la création, de plusieurs démarches : autorisation d’exercice, inscription aux registres professionnels, déclaration en mairie ou préfecture… C’est par exemple le cas pour les agents immobiliers, les architectes, les vétérinaires, les experts-comptables, les plombiers ou encore les coiffeurs.

Lire aussi : Créateurs d’entreprises : une étude de marché gratuite et simple grâce à l’Insee

Les démarches supplémentaires, non prises en charge par les CFE

En sus des formalités de création d’entreprise gérées par les CFE, plusieurs démarches restent à votre charge. Notamment :

Domicilier votre entreprise

La domiciliation de l'entreprise correspond à son adresse administrative (siège social). Il est possible de domicilier votre activité dans votre propre logement. A condition que votre bail ou votre règlement de copropriété ne s'y oppose pas. Vous devez prévenir votre propriétaire ou votre syndic avant l’immatriculation. Toutefois, la domiciliation dans votre logement n'autorise pas forcément l'exercice de l'activité sur place.

>> En savoir plus : sur le site Service public

Lire aussi : L’entreprise individuelle, un statut pour créer une entreprise facilement

Choisir le nom de votre entreprise

La dénomination sociale identifie l’entreprise en tant que personne morale. Le nom commercial est celui sous lequel l’activité de votre société sera connue du public. Vous pouvez vérifier que votre choix n’est pas déjà utilisé (sur Infogreffe) ou déposé comme marque (auprès de l’Institut national de la propriété industrielle).

Lire aussi : Créateurs, repreneurs : faites-vous accompagner grâce au contrat d'appui au projet d'entreprise (Cape)

Assurer votre entreprise

Certaines assurances sont obligatoires, comme pour votre local, vos véhicules ou en fonction de votre activité (par exemple la garantie décennale dans la construction). Dans tous les cas, il convient d’évaluer les risques et de se couvrir au niveau de la responsabilité civile et professionnelle.

>> En savoir plus : sur le site de l’Agence France Entrepreneur (AFE)

Lire aussi : Créateurs d’entreprise : avez-vous droit aux allocations chômage (ARE) ?

Adhérer à une caisse de retraite des salariés

L’adhésion à une caisse de retraite est obligatoire dans les trois mois qui suivent l’immatriculation de l’entreprise, même sans salarié. Dans ce cas, il n’y aura pas de cotisation à verser. Sans démarche de votre part, une caisse interprofessionnelle vous sera imposée.

Lire aussi : Demandeurs d'emploi : connaissez-vous l'aide à la reprise ou à la création d'entreprise (ARCE) ?

Ouvrir un compte bancaire

Un compte bancaire dédié à l’entreprise est obligatoire pour les sociétés, ainsi que pour les entrepreneurs individuels sous le régime micro-social. Dans les autres cas, avoir un compte distinct reste fortement conseillé.

Lire aussi : Micro-entreprise : quelles sont les aides financières auxquelles vous pouvez prétendre ?

Effectuer un stage de préparation à l’installation (SPI)

Si vous exercez une activité artisanale, ce stage est obligatoire, sauf dispense. D’une durée minimale de 30 heures, il aborde les différents aspects de la création ou la reprise d’entreprise artisanale (conditions d’installation, financement…).

>> En savoir plus : sur le site Service public

Lire aussi : ARE, ACCRE, ARCE, NACRE : s’y retrouver parmi les dispositifs pour les chômeurs créateurs d’entreprise

Mais aussi...

Si vous optez pour la forme juridique d’une société, d’autres démarches vous incombent : dépôt d’un capital social, choix d’un dirigeant, publication d’un avis de constitution…

>> En savoir plus : sur le site Service public

Lire aussi : La société par actions simplifiée (SAS), un statut souple et une responsabilité limitée aux apports

Publié initialement le 15/09/2015. Actualisé le 16/03/2018

Partagez cet article !

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • 04/10/2018

    Pour les licenciements notifiés après le 24 septembre 2017, le conseil de prud'hommes dispose d’un barème pour déterminer le montant des indemnités dont vous devrez vous acquitter en cas de licenciement abusif d’un salarié. Quels sont ces montants ?

  • ©Phovoir

    21/09/2018

    Le régime des micro-entrepreneurs (ex-auto-entrepreneurs) est ouvert à tous ! Il permet de bénéficier de formalités de création allégées et d'un mode de calcul et de paiement simplifié de l'impôt sur le revenu et des cotisations sociales. Quelles conditions devez-vous respecter pour bénéficier de ce régime ?

  • © fun-mooc.fr

    20/07/2018

    Vous souhaitez vous lancer dans la micro-entreprise mais vous êtes perdu dans les démarches ? La DGFiP lance pour la première fois à la rentrée un MOOC en ligne gratuit pour tout savoir sur la création d'une micro-entreprise !

  • @fotolia

    18/07/2018

    Le code APE (code d'activité principale) ou code NAF (nomenclature d’activité française), c'est la même chose ! Chaque activité professionnelle est régie par un code délivré par l’Insee nommé code APE. Ce code est issu de la nomenclature d'activité française.

  • ©fotolia

    25/06/2018

    L’ouverture d’un compte bancaire professionnel peut être obligatoire ou facultative selon le type d’entreprise. Revue de détail.

  • 30/05/2018

    Artisans, industriels ou commerçants, votre conjoint exerce régulièrement une activité professionnelle dans votre entreprise ? La déclaration d’un statut de conjoint de chef d’entreprise est obligatoire, et détermine les droits dont il pourra bénéficier.

Le ministère sur Twitter

Fermer

Vous souhaitez recevoir gratuitement toutes nos informations utiles et pratiques ?

Abonnez-vous aux lettres d'information Bercy infos !

Je m'abonne
Partagez cet article !