Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Les commerces de proximité dans les centres-villes

La création des supérettes est en forte augmentation depuis une dizaine d’années. Ces petits supermarchés de centre ville répondent à un besoin toujours croissant de la clientèle d’avoir à proximité de chez soi la même offre de produits que dans un grand supermarché.

Les supérettes et les commerces de proximité

Une supérette est un magasin d’alimentation satisfaisant aux besoins courants d’une clientèle de quartier ou de passage. Le concept de supérettes de centre ville est d’offrir le choix d’un supermarché et le même nombre de références sur une surface deux fois moindre (de 400 à 1 000 m2). Il s’adresse principalement à une clientèle de quartier qui privilégie la proximité et s’y rend quasi quotidiennement pour des paniers moyens parfois peu importants.

Ce type de magasins est complémentaire des commerces de proximité qui regroupent les commerces de détail, situés dans le voisinage des lieux de résidence des consommateurs et dans lesquels ces derniers se rendent fréquemment, voir quotidiennement : boulangeries, épiceries, boucheries, magasins de fruits et légumes, drogueries etc.

Grande distribution : les enseignes... par economie-et-finances

Boom des supérettes de centre-ville, surtout concentrées dans les grandes villes

Selon une étude de la direction générale des entreprises d'avril 2016 (PDF, 997 Ko), « les centres-villes des grandes agglomérations connaissent un renouveau des supérettes avec un gain de 350 établissements sur un total de 750 ouvertures supplémentaires en France entre 2003 et 2012.»

Les enseignes de la grande distribution en France implantent depuis plusieurs années ce type de magasins de proximité dans les centres des villes de plus de 100 000 habitants, notamment Paris et la région parisienne, Lyon, Marseille, Toulouse, Lille, Bordeaux, Nice, etc.

Les clients sont en effet de plus en plus nombreux à privilégier les circuits courts, voire la possibilité de se faire livrer à domicile.

Etude de la Direction générale des Entreprises

Une étude de la DGE (4 Pages n°54 d’avril 2016-PDF, 997 Ko) indique qu’ « entre 2003 et 2012, le nombre de supérettes est passé de 4 350 à 5 100, soit une augmentation de 17%. Cette progression est plus faible que celle des supermarchés et hypermarchés. [...] mais l’augmentation du nombre de supérettes a contribué à modifier le paysage commercial d’une partie du pays.

En effet, sur la seule période 2007-2010, le nombre de supérettes a crû de 30% dans les villes-centres de métropoles, de 31% dans celles des grandes agglomérations, de 25% dans celles d’agglomérations intermédiaires et de 23% dans les communes de banlieue.

Cette évolution est concomitante à une réforme de l’urbanisme commercial introduite par la loi de modernisation de l’économie (LME) d’août 2008. Les créations de surfaces commerciales de moins de 1 000 m2 ne sont plus soumises à autorisation préalable d’exploitation commerciale ».[...]

Cinq emplois en moyenne dans les supérettes

Le nombre de salariés dans les commerces de détail alimentaires a fortement progressé. En dix ans, le secteur a créé 75 000 emplois nets, soit une hausse de 11,6 %, supérieure au double de l’augmentation de la population pendant la même période. En moyenne, une supérette emploie 5 personnes.

Evolution du nombre des commerces de détail alimentaires et de leurs effectifs salariés [Graphique extrait du 4 Pages de la DGE n°54 d’avril 2016 - PDF, 997 Ko]

Lecture : le nombre de petites surfaces d'alimentation spécialisée est passé de 48 000 en 2003 à 50 300 en 2012, pour un nombre de salariés évoluant de 66000 en 2003 à 88 000 en 2012.
Source : Insee, fichiers Sirene et Clap 2003 et 2012; traitement DGE.

 

Publié initialement le 17/08/2016

Thématiques :

Des infos 100% utiles et 100% fiables sur la fiscalité, les aides, la consommation, vos obligations, le numérique… pour vous aider au quotidien. En savoir plus sur Bercy infos.

Pour être averti chaque semaine des dernières infos, abonnez-vous aux lettres d’information Bercy infos.

Partager la page