Accueil du portailEntreprisesCessation d'activité d'une micro-entreprise, mode d'emploi

Cessation d'activité d'une micro-entreprise, mode d'emploi

La création de la micro-entreprise (anciennement appelée « auto-entreprise ») a permis de faciliter les démarches de création mais également de cessation d’activité pour les entrepreneurs. Découvrez les étapes pour effectuer votre déclaration de cessation d'activité.

© Creative Commons CC0

Pour cesser votre activité de micro-entrepreneur, vous avez 2 démarches à effectuer : la déclaration officielle de cessation d’activité et la déclaration à date de votre chiffre d’affaires.

La déclaration officielle de cessation d’activité de votre micro-entreprise

Vous devez déclarer votre cessation d’activité auprès du centre de formalités des entreprises (CFE) en charge de votre dossier. Pour cela, vous disposez de 2 options : déclarer votre cessation d'activité en ligne ou par courrier.

Lire aussi : Pérennité de l’activité des micro-entreprises : les chiffres clés

1ère option : déclarer votre cessation d’activité en ligne

Il est possible de déclarer une cessation d’activité en ligne via le site Guichet Entreprises. Vous devez effectuer votre demande de radiation au maximum dans le mois suivant la cessation de votre activité. Attention, ce service ne s’adresse qu’à des personnes physiques ayant opté pour le statut micro-entrepreneur.

Si vous réalisez une déclaration de cessation d’activité, celle-ci sera définitive. Si vous souhaitez suspendre temporairement votre activité, vous devrez réaliser une cessation temporaire d’activité. L’interruption d’activité sera réglementée en durée selon la nature de votre activité.

Lire aussi : Micro-entreprise : quelles sont les aides financières auxquelles vous pouvez prétendre ?

2e option : déclarer votre cessation d’activité par courrier

Pour déclarer votre cessation d’activité par courrier, vous devez envoyer votre demande par courrier au CFE compétent. Selon la nature d’activité, vous devrez avoir recours au formulaire de radiation correspondant :

  • si vous êtes commerçant et immatriculé au registre du commerce et des sociétés (RCS), il vous faudra utiliser le formulaire Cerfa n°11679*02 [PDF ; 339 Ko]  ;
  • si vous êtes artisan et immatriculé au registre des métiers (RM), vous devez avoir recours au formulaire Cerfa n°11679*02 [PDF ; 339 Ko] ;
  • si vous n’êtes ni artisan ni commerçant, vous devez utiliser le formulaire Cerfa n°13905*04 [PDF ; 1,46 Mo].

Lire aussi : Micro-entreprise : que se passe-t-il quand on dépasse le seuil de chiffre d'affaires ?

La déclaration de chiffre d’affaires de votre micro-entreprise

Afin de clôturer votre activité, vous devez déclarer votre chiffre d’affaires pour l’exercice en cours même si celui-ci est nul. Vous devez également payer vos cotisations sociales. Les règles s’appliquant pour les modalités de règlement de l’impôt sont celles liées au régime fiscal pour lequel vous avez opté au moment de la création de votre micro-entreprise :

  • si vous aviez opté pour le prélèvement libératoire, vous payez en même temps que vos cotisations sociales ;
  • si vous aviez opté pour le régime micro-fiscal, vous payerez au moment du paiement des impôts sur le revenu.

Concernant la contribution foncière des entreprises (CFE), vous n’y êtes pas soumis sur les mois ultérieurs à votre cessation d’activité. Vous serez ainsi en droit de solliciter un dégrèvement de la part du service des impôts des entreprises (SIE) concernant l’année de cessation d’activité.

Lire aussi : Micro-entreprises, quel est le montant de vos charges sociales ?

Partagez cet article !

Des infos 100% utiles et 100% fiables sur la fiscalité, les aides, la consommation, vos obligations, le numérique… pour vous aider au quotidien. En savoir plus sur Bercy infos.

Pour être averti chaque semaine des dernières infos, abonnez-vous aux lettres d’information Bercy infos.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • @Fotolia.com

    24/04/2019

    Le versement libératoire de l’impôt sur le revenu pour les micro-entrepreneurs permet de régler cet impôt tout au long de l’année, à mesure de l'encaissement du chiffre d'affaires. Comment fonctionne cette option de paiement ? Quelles sont les conditions de sa mise en œuvre ? Explications.

  • © Fotolia.com

    24/04/2019

    Le statut fiscal du dirigeant varie en fonction du statut juridique de son activité (EURL, SARL, SA…) et du type d'imposition choisi pour son entreprise (impôt sur le revenu, impôt sur les sociétés). Panorama des principales dispositions fiscales applicables à votre situation.

  • © Fotolia.com

    17/04/2019

    Votre activité est soumise à l'impôt sur le revenu ? Quel impôt devrez-vous payer malgré l'année blanche ? Qu'est-ce qu'un revenu exceptionnel et comment le déclarer ? Tour d'horizon des principales nouveautés fiscales concernant les revenus 2018.

  • ©Direction générale des Finances publiques

    17/04/2019

    Les entreprises disposent d’un espace professionnel sur impots.gouv.fr à partir duquel elles peuvent réaliser l'ensemble de leurs démarches fiscales. Tour d'horizon des services en ligne de l’espace professionnel.

  • © Pixabay

    10/04/2019

    Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC), les bénéfices non commerciaux (BNC) sont des revenus qui sont soumis à l’impôt sur le revenu. Qui doit déclarer quoi ? Comment cela fonctionne ?

  • @pixabay

    10/04/2019

    Contrats, factures, livre comptable, statuts... Savez-vous combien de temps vous devez conserver vos documents ? Toutes les réponses ici.

Fermer

Vous souhaitez recevoir gratuitement toutes nos informations utiles et pratiques ?

Abonnez-vous aux lettres d'information Bercy infos !

Je m'abonne
Partagez cet article !