Accueil du portailDNLFDocumentationFlash Info › Lutte contre la fraude : plus de 3 millions d’euros récupérés en Tarn-et-Garonne
Délégation Nationale à la Lutte contre la Fraude

 

Délégation Nationale à la Lutte contre la Fraude

Lutte contre la fraude : plus de 3 millions d’euros récupérés en Tarn-et-Garonne

19/04/2019

26 mars 2019 - CODAF du Tarn-et-Garonne

 

Le comité opérationnel antifraude (Codaf), s'est réuni ce lundi à la préfecture du Tarn-et-Garonne pour dresser le bilan de l'exercice 2018. Le préfet Pierre Besnard, qui copréside le comité avec la vice-procureure Véronique Benlafquih, a salué une «lutte efficace» contre la fraude grâce à une «bonne collaboration entre tous les services». Sous l'autorité du parquet, le Codaf rassemble entre autres la police, la gendarmerie, la Dreal, la Caf, la Direccte, les douanes, l'Urssaf, etc.

Grâce à des actions collectives de contrôles et à l'échange d'informations entre les différents services, plus de 3 millions d'euros de sanctions relevant de la fraude ont été établis en 2018.

220 établissements contrôlés

Les contrôles sur le terrain concernent plusieurs secteurs d'activité définis comme prioritaires par l'État tels que l'agriculture, l'hôtellerie-restauration, le bâtiment et travaux publics (BTP). Grâce à la collaboration des services, 32 actions collectives de contrôle ont été menées. Ces actions ont touché 220 établissements et 561 situations de travail.

Lors de cette réunion, le Codaf a également évoqué des perspectives pour l'année 2019. En plus des secteurs d'activités prioritaires, le comité se penchera sur les marchands de sommeil (voir encadré), le transport sanitaire (ambulances, taxis, Véhicules sanitaires légers) et les «coquilles vides», ces entreprises fictives dont les salariés tombent rapidement malades afin de toucher des indemnités journalières.

Lutter contre l'habitat indigne

Pour 2019, le Codaf veut en particulier traquer les «marchands de sommeil». Un choix en réaction à l'actualité, après l'effondrement d'un immeuble vétuste à Marseille en novembre dernier, qui a provoqué la mort de 9 personnes. Le Codaf veut cibler en particulier les quartiers du centre-ville de Montauban, de Moissac et de Castelsarrasin. «Il faut poursuivre ceux qui abusent de personnes en difficulté et en tire un revenu important», a appuyé la vice-procureure Véronique Benlafquih. La ville de Montauban a elle-même pris les devants, avec la mise en place depuis un an d'un permis de louer. Tout bien mis à la location dans l'hypercentre et le quartier de Villebourbon doit obtenir ce permis avant d'être loué. En novembre 2018, dix immeubles de la cité d'Ingres étaient frappés d'un arrêté de péril dont 4 cas de péril imminent.

https://www.ladepeche.fr/2019/03/26/lutte-contre-la-fraude-plus-de-3-millions-deuros-recuperes,8091096.php

Partagez cet article !