Accueil du portailDGCCRFConsommation Conso par secteur › Viande de cheval ou viande de bœuf ?
Logo DGCCRF

 

 

Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes

Viande de cheval ou viande de bœuf ?

09/09/2015

 

Lors de la campagne de contrôles renforcés de la DGCCRF, aucune viande de cheval n’a été décelée dans les produits annoncés comme étant à base de bœuf.

 

 

 

 

A la suite de l’affaire dite « de la viande de cheval », la Commission européenne a déclenché en 2013 une campagne de tests afin de vérifier si de la viande cheval avait été introduite dans les plats cuisinés supposés contenir du bœuf. Cette « campagne »  a été renouvelée en 2014.

Les enquêteurs de la DGCCRF se sont ainsi déplacés, durant un mois, dans 120 établissements pour prélever des denrées alimentaires dont l’étiquetage indiquait la présence de bœuf comme ingrédient principal. Les laboratoires de la CCRF ont ainsi pu analyser des produits à base de viande, des viandes hachées et des préparations de viande.

Aucune anomalie relevée au plan national

Aucune présence de viande de cheval n’a été mise en évidence dans les 160 prélèvements effectués sur le territoire national.

Les bons résultats d’analyses observés contribuent à conforter la fiabilité des dispositifs d’autocontrôles et les progrès des professionnels en matière de traçabilité. Les fabricants ont indiqué que le volume des commandes des produits à base de bœuf avait chuté et que la grande distribution exigeait désormais, dans ses cahiers des charges, la mise en œuvre de viande bovine française afin de relancer la consommation de ce type de produits.

Les enquêteurs ont profité de cette enquête pour étendre leurs contrôles à l’origine des viandes, aux règles d’hygiène et aux températures d’entreposage des produits. Aucune anomalie n’a été relevée.

Poursuite des contrôles au sein de l’Union européenne

Sur les 2622 contrôles réalisés dans les 28 États membres de l’Union européenne, 16 ont révélé la présence d’ADN de cheval (soit 0,61 % des échantillons).

La Commission a tenu à  réaffirmer sa volonté de collaborer avec les États membres de l’Union européenne via le réseau européen de lutte contre la fraude alimentaire.

Le recours aux plans de contrôle coordonnés, qui se sont révélés efficaces pour mettre au jour des fraudes dans la chaîne d’approvisionnement alimentaire, sera donc poursuivi.

Cible Résultats

120 établissements visités
160 prélèvements

Aucune anomalie           

Partagez cet article !