Imprimer la page

Teneur en eau des découpes de poulet et de dinde congelées ou surgelées

 

 

L’enquête de la DGCCRF visant à vérifier la teneur en eau des poulets congelés et de certaines découpes de poulet et de dinde, a révélé un taux de non-conformité global de 16 %. Ce taux est en baisse par rapport aux années précédentes.

 

 

 

Un secteur soumis à la réglementation européenne

La réglementation européenne impose des contrôles réguliers des découpes de volaille surgelées[1] et congelées[2].

Les contrôles officiels et les autocontrôles ont pour but de s’assurer que la teneur en eau des poulets congelés (coquelets également) et de certaines découpes de poulet et de dinde congelées ou surgelées ne dépasse pas un certain seuil, techniquement inévitable, qui varie selon la méthode de refroidissement adoptée (par air, par aspersion ventilée ou par immersion) et la méthode utilisée pour la déterminer. Les vérifications se font font par égouttage ou test chimique.

L’expert désigné de chaque Etat membre doit rendre compte annuellement des résultats de ces contrôles à la Commission européenne.       

Les contrôles ont concerné les produits destinés au marché communautaire. Ils ont été effectués au stade de la production : dans les abattoirs, les ateliers de découpe et parmi les prestataires pratiquant la congélation ou la surgélation pour le compte d’abattoirs et d’ateliers de découpe. Ils ont principalement porté sur les établissements procédant au refroidissement par immersion et par aspersion ventilée. 

Des anomalies corrélées à la méthode de refroidissement retenue

D’un façon générale, les produits refroidis par air (sans apport d’eau) sont conformes. 

En revanche, les principaux manquements constatés sont dus au refroidissement par immersion

Dans le cadre de cette enquête, d’autres anomalies ont été relevées :

  • l’étiquetage : absence de mise à jour des dénominations des découpes (ajout d’eau supérieur à 5%), absence de mention « avec partie de dos » dans la dénomination de cuisses de poulet dont la découpe est réalisée au-delà de l’articulation ;
  • la métrologie : poids nominal non conforme.

Une mesure d’injonction a été rédigée à l’encontre d’une société commercialisant des poulets sous la catégorie B alors qu’ils ne répondaient pas aux exigences de cette classe de qualité.

Une mesure de police administrative a été enjointe à une entreprise qui n’appliquait pas les dispositions de la réglementation communautaire au motif que les poulets congelés étaient commercialisés hors de l’Union européenne.  Or, la commercialisation de ces poulets destinés au marché guyanais a pu être établie.

Produits importés :

Les denrées importées mais dédouannées dans un autre Etat membre de la communauté, et celles provenant directement d’un autre Etat membre, ont également fait l’objet de contrôles par le service national des enquêtes de la DGCCRF.

Les découpes de volaille congelées en provenance d’autres pays de l’Union européenne (Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Litualie, Pologne et Roumanie) ont été déclarées conformes. 

Les filières apparaissent, dans l’ensemble, bien maîtrisées.

Conformément à ses obligations posées par la réglementation communautaire, la DGCCRF qui doit, chaque année, rendre compte des résultats de ces contrôles à la Commision, prévoit d’étendre ses vérifications.     

Cible Résultats

 

15 établissements visités
56 prélèvements

 

16 % d’anomalies
5 établissements non conformes

9 prélèvements non conformes
2 avertissements
1 injonction
1 mesure de police administrative

 

[1] La surgélation est un procédé industriel complexe qui utilise des températures très basses (-30°C à -50°C) et qui refroidit les produits très rapidement. La surgélation permet un refroidissement à cœur du produit, ce qui risquera moins d’endommager les cellules de l’aliment au moment de sa décongélation.

[2] La congélation est simplement l’équivalent domestique de la surgélation, avec un refroidissement moins rapide et une température moins froide. La congélation ne garantit pas la même sécurité sanitaire que la surgélation industrielle.

Partager la page