Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

La surveillance de la contamination radioactive des denrées d'origine végétale

Fruits

Les produits d’origine végétale commercialisés en France sont soumis à un contrôle annuel de la DGCCRF pour détecter une éventuelle contamination radioactive.

Mis en place et piloté par la DGCCRF après l’accident nucléaire de Tchernobyl en 1986, le plan annuel de surveillance a pour objectif de mesurer la contamination radioactive des denrées alimentaires d’origine végétale, cultivées ou fabriquées en France, ou importées.

Depuis 2009, la surveillance des denrées cultivées ou fabriquées en France est mutualisée avec la Direction générale de l’agriculture pour les denrées d’origine animale, avec l’appui scientifique et technique de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

Le contrôle des denrées importées s’inscrit dans le cadre d’un règlement européen[1].

Plusieurs unités du service commun des laboratoires (SCL) engagées dans la recherche de radioactivité

Quatre laboratoires du SCL (Lille, Bordeaux, Marseille et Strasbourg), équipées d’une chaîne de spectrométrie gamma, ont effectué la mesure en césium 137 (élément radioactif) d’une large gamme de produits.

La contamination d’un lot de girolles surgelées d’origine ukrainienne a été décelée et signalée par un importateur dans le cadre de ses autocontrôles. Sa non-conformité (activité supérieure à la limite réglementaire de 600 Becquerels/kg) a été confirmée par le SCL et le lot a été détruit.

Huit autres échantillons de champignons présentaient une radioactivité supérieure à 100 Bq/kg, inférieure toutefois à la limite réglementaire.

Des opérateurs privés ont remis des échantillons au SCL afin d’établir des certificats d’exportation pour leurs produits. Seuls 5 échantillons de myrtilles ou de produits en contenant affichaient des activités en Cs-137 supérieures ou égales à 100 Bq/kg.

Les recherches effectuées par l’IRSN

L’institut scientifique, de son côté, a examiné un certain nombre de produits[2] (41) exposés à l’influence des rejets atmosphériques des installations nucléaires ou situés dans d’anciennes zones précédemment marquées. Aucun des prélèvements ne présentait de teneur significative en césium.

Cible Résultats

310 analyses réalisées
(269 par le SCL et 41 par l'IRSN)

1 échantillon de girolles contaminées
-> détruit


[1] Règlement (CE) N° 733/2008 du Conseil du 15 juillet 2008 relatif aux conditions d’importation de produits agricoles originaires des pays tiers à la suite de l’accident survenu à la centrale nucléaire de Tchernobyl

[2] Légumes feuilles ou racinaires, fruits, champignons, herbes aromatiques, vin, céréale.

 

Partager la page