Accueil du portailDGCCRFConsommation Conso par secteur › Surveillance de la contamination des eaux-de-vie de fruits à noyaux
Logo DGCCRF

 

 

Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes

Surveillance de la contamination des eaux-de-vie de fruits à noyaux - 01/04/2015

Les eaux-de-vie de fruits à noyaux peuvent contenir une substance indésirable susceptible de porter atteinte à la santé du consommateur. La DGCCRF a procédé à des contrôles pour surveiller l’évolution de cette contamination.

En 2010, la recommandation[1] de la Commission européenne a défini une valeur cible en carbamate d’éthyle de 1 mg/l (soit 1000 µg/l) dans les spiritueux à base de fruits à noyaux et a invité les Etats membres, d’une part à prendre toutes les mesures pour garantir l’application de bonnes pratiques pour la prévention et la réduction de la contamination annexées à la recommandation et d’autre part à procéder au suivi de cette contamination.

 

Le carbamate d’éthyle est naturellement présent dans les aliments fermentés et dans les boissons alcoolisées, plus particulièrement dans les eaux de vie de fruits à noyaux. Plusieurs précurseurs présents dans les aliments tels que l’acide cynahydrique, l’urée et l’éthanol peuvent conduire à la formation de carbamate d’éthyle lors de la transformation et la conservation des aliments. Cette substance est classée comme « probable carcinogène pour les humains » par l’agence internationale de recherche contre le cancer

Dans ce contexte, la DGCCRF a procédé durant trois ans à une enquête pour surveiller l’évolution de la teneur en carbamate d’éthyle dans les eaux-de-vie de fruits à noyaux. Les données de contamination ont été communiquées à l’Efsa.

Les enquêtes ont été réalisées principalement dans les régions productrices d’eaux-de-vie de fruits à noyaux

Les régions de l’est de la France (Alsace, Lorraine, Bourgogne et Franche Comté) produisent de nombreuses eaux-de-vie de fruits à noyaux, dont 5 indications géographiques (IG) enregistrées au niveau européen : Kirsch d’Alsace, Kirsch de Fougerolles, Quetsche d’Alsace, Mirabelle de Lorraine et Mirabelle d’Alsace. En conséquence, les établissements producteurs d’eaux-de-vie de fruits à noyaux localisés dans ces régions ont fait l’objet d’une attention particulière.Soixante sept échantillons d’eaux-de-vie de fruits à noyaux ont été prélevés. Si quelques dépassements de la valeur cible ont été détectés au début de cette période, il semble que la situation se soit améliorée aujourd’hui. En effet, aucune eaux-de-vie prélevée en 2013, ne contenait une teneur en carbamate d’éthyle supérieure à la valeur cible.

La mise en place de ce programme de surveillance, la sensibilisation des opérateurs à ce danger et la diffusion des bonnes pratiques encouragées par l’Union Européenne semble aujourd’hui porter ses fruits.

Les recherches scientifiques se poursuivent pour mieux identifier les modalités de de la formation de carbamate d’éthyle et identifier les leviers qui permettraient de réduire la contamination

S’agissant des eaux-de-vie de fruits à noyaux, les hypothèses de développement du carbamate d’éthyle n’ont pas été clairement validées à ce jour. Certes, les « précurseurs », c’est-à-dire les molécules impliquées dans le développement du carbamate, ont bien été identifiés. Il s’agit notamment de l’urée et de l’acide cyanhydrique qui réagissent avec l’éthanol. Toutefois, les scientifiques cherchent à mesurer l’impact des techniques de production sur le développement des précurseurs.

Les recherches portent actuellement sur l’impact de la présence des noyaux (et de leur dégradation) durant la fermentation alcoolique, le choix du mode de chauffage des alambics, les effets de la luminosité, les conséquences de la variation de la teneur en azote des sols en fonction du climat, etc.

* *
*

Des discussions sont en cours sur la révision des dispositions de la recommandation 2010/133/UE. Il n’est pas envisagé, dans l’immédiat, de fixer une teneur maximale réglementaire en carbamate d’éthyle ni de rendre contraignantes, pour les opérateurs, les bonnes pratiques de fabrication décrites dans la recommandation.

 

[1] Recommandation n° 2010/133/UE du 2 mars 2010 concernant la prévention et la réduction de la contamination des eaux-de-vie de fruits à noyaux, des eaux-de-vie de marc de fruits à noyaux par le carbamate d’éthyle, ainsi que le suivi des teneurs en carbamate d’éthyle dans ces boissons.

 

 

 

 

 

 

 

Lien utile

Partagez cet article !