Accueil du portailDGCCRFSécurité Produits alimentaires › Radioactivité des denrées alimentaires
Logo DGCCRF

 

 

Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes

Radioactivité des denrées alimentaires

04/06/2013

 

Depuis l’accident de Tchernobyl en 1986, la DGCCRF réalise un plan annuel de surveillance de la contamination radioactive des produits d’origine végétale cultivés, fabriqués en France ou importés.

Dans ce cadre, le Service commun des laboratoires[1] détermine la teneur en césium 134 et 137 dans des échantillons de denrées alimentaires et l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire, la présence de radionucléides.

 

 

Recherche de césium

Fruits, légumes, céréales, plantes aromatiques, boissons… dans leur ensemble, les produits alimentaires importés, analysés par le SCL ne présentaient pas de contamination notable, exception faite des champignons, en particulier d’un échantillon de girolles de Lituanie, dont le dosage reste toutefois inférieur à la limite réglementaire (600 becquerels par kilogramme).

Sur l’étiquetage des champignons, plus sensibles au césium, les professionnels font davantage référence à un lieu de transformation que de production ou de récolte. L’origine est indiquée sur les produits n’est donc pas toujours celle reconnue par l’analyse en laboratoire.

Recherche de radionucléides

La DGCCRF a effectué des prélèvements de fruits, légumes, céréales cultivés dans un rayon d’une vingtaine de kilomètres autour des centrales nucléaires françaises et les a envoyés pour analyse à l’IRSN. Aucun n’a révélé la présence de radioactivité, hormis
5 champignons dont la contamination reste toutefois inférieure à la limite réglementaire.

 

Aucune destruction de produit n’a été effectuée mais compte tenu du taux de radioactivité, la surveillance de la DGCCRF est maintenue dans ce secteur.



[1]Le SCL est rattaché à la DGCCRF et à la DGDDI.

Partagez cet article !