Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Produits transformés : mise en place de l’étiquetage de l'origine du lait et de la viande

La France va expérimenter pendant deux ans l'étiquetage de l'origine de la viande et du lait contenus dans les produits transformés.

 

 

 

© Phovoir.fr

 

 

Deux ans d’expérimentation

Un arrêté, paru le 30 septembre au Journal officiel, va permettre d’expérimenter, à compter du 1er janvier 2017, l'indication de l'origine du lait et de la viande utilisés comme ingrédients dans les denrées alimentaires transformés[1].

Cette initiative, qui a reçu le feu vert de la Commission européenne en mars et celui du Conseil d'Etat en juillet, est prévue pour durer deux ans. A l’issue de cette phase de test, un rapport d’évaluation sera transmis à la Commission européenne.

Seuls les produits contenant plus de 50 % de lait ou 8 % de viande seront concernés

Le texte, pris en application d’un décret du 19 août 2016, prévoit les seuils (au moins 50 % de lait et 8 % de viande) à partir desquels l’étiquetage sera rendu obligatoire.

Dans le cas de la viande, la précision de l'origine concerne le pays de naissance, d'élevage et d'abattage des animaux. Une information plus succincte « origine UE » sera également admise.

S'agissant du lait, la précision de l’origine concerne le pays de collecte, de conditionnement et de transformation. Comme pour la viande, la mention origine UE sera admise. Les yoghourts, beurres, pâtes à tartiner laitières, fromages et autres crèmes fermentées seront aussi concernés.

Des consommateurs mieux informés

Attendue par les associations de consommateurs, les industriels et les éleveurs, ce dispositif permettra d’assurer une plus grande transparence et une meilleure valorisation de l’origine des ingrédients entrant dans la composition des produits transformés.

 

[1] L’étiquetage de l’origine est obligatoire pour l’ensemble des viandes fraîches depuis le 1er avril 2015.

Partager la page