Accueil du portailDGCCRFSécurité Produits alimentaires › Plan de surveillance des salmonelles dans les matières premières et les aliments pour volailles
Logo DGCCRF

 

 

Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes

Plan de surveillance des salmonelles dans les matières premières et les aliments pour volailles

11/03/2016

La DGCCRF a conduit une enquête destinée à surveiller la présence de salmonelles et d’entérobactéries dans les aliments pour volailles et les matières premières. Le changement des méthodes de prélèvement a permis d’améliorer la détection de ces agents et explique la forte hausse du taux global de non-conformités qui est passé de 0,3 % en 2013 à 2,3 % en 2014. Ce chiffre reste toutefois assez bas. La contamination est plus importante dans les matières premières que dans les aliments composés.    

 

 

Une surveillance pour une harmonisation au sein de l’Union européenne

Conformément à la réglementation communautaire qui impose des contrôles réguliers, la DGCCRF a vérifié et a mesuré la présence éventuelle de :

  • salmonelles dans les aliments destinés aux volailles et dans les matières premières utilisées pour la fabrication de ces aliments ;
  • le nombre d’entérobactéries dans les aliments destinés aux reproducteurs, en tant qu’indicateurs d’hygiène.

Les données recueillies font l’objet d’une transmission à la Commission européenne et à l’Agence européenne de sécurité alimentaire (AESA).

Les prélèvements ont été effectués chez :

  • les fabricants d’aliments composés (120)
  • les intermédiaires : négoce, stockage (34)
  • les producteurs de matières premières (12)


Parmi les matières premières, les enquêteurs ont ciblé le maïs, le colza, le soja et le tournesol.
Les produits sont originaires de France, de l’Union européenne, d’Europe de l’Est, ou d’Amérique latine.

Les matières premières oléagineuses, identifiées comme les matières premières comportant le plus de risques, représentent 77 % des prélèvements. Il s’agit principalement des produits type tourteaux  et pellets.
87 % des aliments composés prélevés sont des aliments complets (essentiellement des produits destinés aux poules pondeuses). Ils se présentent sous forme de farine, de granulés et de miettes.    

Les souches de salmonelles et d’entérobactéries constatées ne correspondent pas aux souches prioritaires en termes de santé publique

Les résultats obtenus lors des précédents plans de prélèvement, et à l’occasion des alertes « salmonelles » ont montré la grande hétérogénéité de cet organisme pathogène. Le plan de surveillance a étendu les recherches à d’autres unités afin d’augmenter le niveau de détection.
Les résultats obtenus montrent une augmentation des taux de contamination et justifie cette démarche.

Le plan de contrôle révèle un taux moyen de contamination par Salmonelle de :

  • 2,5 % pour l’ensemble des prélèvements ;
  • 2,3 % des aliments pour animaux ;
  • 2,9 % des matières premières.


D’autre part, la présence d’un nombre élevé d’entérobactéries ne permet pas de conclure à la dangerosité de l’aliment mais constitue un bon indicateur sur les bonnes pratiques d’hygiène des entreprises contrôlées. Ainsi, 25 % des prélèvements sont déclarés non satisfaisants et 12,5 % « à surveiller ».
Les résultats d’analyse indiquent des variations du nombre d’entérobactéries selon la forme de l’aliment composé. Les aliments sous forme de farine (moins traités thermiquement) sont, globalement, moins satisfaisants que les aliments granulés et sous forme de miettes.

A l’exception des aliments destinés aux poules et aux dindes reproductrices, aucun critère microbiologique n’est défini dans la réglementation pour animaux. La majorité des résultats « à surveiller » ou « non satisfaisants » n’ont donc pas fait l’objet de poursuites pénales.  
Les autres résultats ont, en revanche, donné lieu à une transmission d’information aux professionnels et/ou aux établissements en charge du suivi de l’agrément de ces entreprises.     

Les enquêteurs soulignent, dans le contexte économique défavorable pour le secteur de la volaille, le maintien des bonnes pratiques.
Le risque « salmonelles » est généralement bien pris en compte et des mesures d’autocontrôles ont été prises par les opérateurs.

Cible Résultats

165 établissements visités
357 prélèvements

15 échantillons ont démontré la présence de salmonelles
6 échantillons ont révélé un taux d’entérobactéries trop élevées

1 avertissement relatif aux analyses
7 avertissements pour défaut d’hygiène
2 mesures de police administrative

Partagez cet article !