Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Pignons de pin : l'exigence de la qualité

 

Souvent utilisés pour parfumer les préparations culinaires, les pignons de pin ne sont pas tous comestibles.

 

A la suite de plaintes déposées par des consommateurs, atteints de dysgueusie (altération du goût) après ingestion de pignons de pin, la DGCCRF a demandé aux importateurs de mettre en place les mesures nécessaires au contrôle de ces produits (auto-contrôles et cahier des charges).

 

 

 

 

 

Les espèces de pignons de pin reconnues comestibles

Les 4 espèces, en provenance pour la plupart d'Extrême Orient ou du Pakistan, les plus commercialisées sous la dénomination « pignons de pin » sont :

  • « Pinus pinae » : pignon de pin parasol
  • « Pinus gerardiana » : pignon de pin Gérard
  • « Pinus koraiensis » : pignon de pin de Corée
  • « Pinus sibirica » : pignon de pin de Sibérie

Par contre, deux espèces de pignons de pin ont été identifiées comme n’étant pas consommées traditionnellement en Europe et ne sont pas commercialisables en France : «Pinus armandii» et «Pinus massoniana».

Le périmètre de l'enquête

L'analyse de la pureté des pignons de pin se fonde sur les profils de composition en acides gras et sur l’examen des caractéristiques physiques (longueur, largeur, forme, couleur).

L’enquête, réalisée à la suite de la mise au point de la méthode d’analyse par le laboratoire de Massy, a conduit aux résultats suivants :
 

Cible

20 établissements contrôlés dans 9 départements

1 rappel de réglementation
(non conformité de l'étiquetage)

Résultat

18 prélèvements analysés
par le service commun des laboratoires de Massy

1 produit non conforme (origine) sur 17 échantillons

L'enquête a été reconduite en 2012 afin de permettre un suivi de la filière et de garantir aux consommateurs la qualité des produits mis en vente.

 

Télécharger la brève :
Pignons de pin :  l'exigence de la qualité

Partager la page