Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

L’arnaque au président toujours très fréquente

L’arnaque au président connait régulièrement des variantes, l’une d’elles apparue il y a quelques mois est réalisée à grande échelle auprès des sociétés françaises.

© Pixabay

L’arnaque au président consiste pour le fraudeur à contacter une entreprise cible, en se faisant passer pour le président de la société mère ou du groupe. Le contact se fait par courriel ou par téléphone. Après quelques échanges destinés à instaurer la confiance, le fraudeur demande que soit réalisé un virement international non planifié, au caractère urgent et confidentiel. La société sollicitée s'exécute, après avoir reçu les références du compte étranger à créditer.

La dernière variante de cette fraude se déroule en deux étapes :

  • le fraudeur usurpe l’identité d’une administration, la direction générale des finances publiques, en utilisant nom, sceaux et timbres de l’Etat (Marianne) et citant des articles législatifs pour prétexter un contrôle auprès d’une entreprise cible. Sous couvert de cette fausse identité, le fraudeur réclame des informations sur l’entreprise et sur ses clients.
  • Par la suite, le fraudeur se fait passer pour l’entreprise cible auprès de ses clients et annonce un changement de compte bancaire, le paiement des futures factures seront donc payées sur le nouveau compte appartenant au fraudeur.

Plusieurs mesures peuvent être prises pour éviter ce type d’arnaques comme ne pas agir dans la précipitation malgré l’insistance de l’interlocuteur, informer les membres de son entreprise sur l’existence de ces pratiques, lire l’ensemble du document, vérifier via des sources fiables l’identité de l’interlocuteur (Internet, CCI/CMA, infogreffe).

Si les arnaques ont lieu tout au long de l’année, elles sont plus fréquentes dans les périodes de trouble ou les périodes de congés profitant ainsi de l’absence des responsables « comptes clients », « comptabilité », « sécurité informatique » plus au fait de ces arnaques.

Partager la page