Accueil du portailDGCCRFSécurité Produits alimentaires › Huile de tournesol en provenance d’Ukraine
Logo DGCCRF

 

 

Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes

Huile de tournesol en provenance d’Ukraine

22/10/2014

Champ de tournesols

 

 

 

Le contrôle renforcé des importations d’huile de tournesol originaire ou en provenance d’Ukraine porte ses fruits.

 

 

 

La DGCCRF procède chaque année à un contrôle renforcé des importations d’huile de tournesol originaire ou en provenance d’Ukraine, premier pays producteur d’huile de tournesol.

En effet, depuis l’alerte signalée en 2008 de la présence de l’huile minérale dans de l’huile de tournesol importée, le contrôle de ces importations rentre désormais dans le champ des obligations communautaires[1].

A ce volet, s’est ajouté en 2012 le contrôle de l’huile utilisée en alimentation animale. Ce couplage d’enquêtes a été possible car les mêmes analyses sont à pratiquer sur les échantillons d’huiles de tournesol en provenance d’Ukraine et ceux d’huiles destinées à être incorporées dans les aliments pour animaux.

Au cas particulier de l’alimentation animale, il s’agissait de contrôler des huiles incorporées dans des aliments pour animaux, en particulier des aliments destinés à l’agriculture biologique, suite à une alerte en 2011.

L’organisation des types de contrôles définis par la Commission européenne

Huile de tournesol :

2 types d’inspection sont effectués par les enquêteurs de la DGCCRF :

  • un contrôle documentaire systématique (certificat sanitaire et rapport d’analyse) ;
  • un contrôle physique aléatoire de certains lots.

Un lot d’huile de tournesol est considéré comme conforme si sa teneur en paraffine minérale est inférieure à 50 mg/kg.

Huile utilisée en alimentation animale :

Les enquêteurs sont tenus, pour éviter toute contamination, de vérifier si la contamination résiduelle est techniquement inévitable chez les fabricants pour les modes de production biologique et conventionnelle.

Les résultats de l’enquête soulignent seulement un défaut d’étiquetage

La cible des enquêteurs s’est portée sur les 7 ports français, points d’entrée potentiels d’huile en provenance d’Ukraine (Dunkerque, Le Havre, Nantes, Bordeaux, Sète, Marseille et Saint Denis de la Réunion) et sur 4 régions où les principaux opérateurs du secteur des huiles destinés à l’alimentation humaine ou animale étaient installés.

Aucune anomalie n’a été relevée sur les 18 sites contrôlés. Seul un fabricant d’aliments biologiques pour animaux présentait un défaut d’étiquetage.

Le service commun des laboratoires de Marseille a analysé 6 échantillons d’huile de tournesol tous conformes.

 

[1] Règlement (CE) n° 1151/2009

 

Cible Résultats

18 sites contrôlés

6 échantillons analysés
1 avertissement pour défaut d’étiquetage

 

 

 

 

 

 

 

 

Liens utiles

 

 

Partagez cet article !