Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Etiquetage et composition des fromages frais en faisselle

Dans le cadre de sa mission de protection des consommateurs, la DGCCRF a réalisé, fin 2016, une enquête visant à vérifier la conformité de l’étiquetage et de la composition des faisselles ou fromages frais en faisselles.

© Fotolia

Dans le cadre de sa mission de protection des consommateurs, la DGCCRF a réalisé, fin 2016, une enquête visant à vérifier la conformité de l’étiquetage et de la composition des faisselles ou fromages frais en faisselles. Le nombre d’établissements présentant  des anomalies représente 43 % du total des établissements contrôlés. Soixante-douze non conformités ont été relevées, essentiellement pour des défauts d’étiquetage. Quatorze produits (sur les 102 analysés) ont été déclarés non conformes. Ces contrôles ont conduit à adresser aux entreprises 62 avertissements et 10 injonctions administratives.

Les actions de contrôle organisées dans le cadre de cette enquête ont porté principalement sur le respect des dispositions spécifiques du décret n° 2007-628 du 27 avril 2007 modifié relatif aux fromages et spécialités fromagères.

La majorité des établissements visités étaient des établissements fabriquant des produits laitiers (laiteries, coopératives, exploitations spécialisées dans la fabrication de lait, produits frais, beurre et fromage) ainsi que des élevages de bovins, ovins et caprins produisant des faisselles.

Un tiers des anomalies est lié à des défauts d’étiquetage

Les manquements relevés portent, pour l’essentiel, sur le non-respect des dispositions spécifiques d’étiquetage :

  • indications non conformes du taux de matière grasse dans le produit fini ou de la teneur en humidité (taux supérieur ou inférieur à celui imprimé sur l’étiquetage) ;
  • absence d’indication des traitements appliqués au lait ;
  • absence de l’indication de l’espèce animale dont est issu le lait.
  • absence d’indication du taux de matière grasse ou de mentions équivalentes ;
  • omission de la mention « contient plus de 82 % d’humidité » ;
  • présence de mentions ne correspondant pas à la réglementation  (mention « humidité > 80% », alors que le décret prévoit deux mentions possibles : > 82% et > 85% d’humidité) ;

Ces anomalies ont donné lieu à des avertissements.

Pour les mentions générales, résultant de l’application du règlement INCO n°1169/2011 concernant l’information des consommateurs sur les denrées alimentaires, des anomalies ont également été observées, telles que :

  • des défauts d’indication de la dénomination de vente ;
  • l’absence d’indication concernant les conditions de conservation ;
  • des listes des ingrédients non précédée de la mention « Ingrédients » ;
  • des défauts d’indication de l’adresse précise de l’exploitant.

Par ailleurs, une anomalie relative à l’absence de la mention de la présence de sorbate de potassium sur l’étiquetage a été relevée. Or il s’agit d’un conservateur devant figurer dans la liste des ingrédients.

Des anomalies concernant l’indication de la quantité nette ont également été constatées.

Aucune anomalie relative à la valorisation des faisselles en tant que « fermier » n’a été observée.

À noter enfin que la quasi-totalité des producteurs fermiers contrôlés ne fait pas réaliser d’analyses physico-chimiques de la qualité de leurs produits : le contrôle de l’humidité du produit fini se fait, la plupart du temps, de manière empirique (examen visuel et contact direct avec le produit pour évaluer la teneur en eau).  

Des produits pour la plupart conformes en termes de composition

Concernant les 102 prélèvements analysés,14 produits ont été déclarés non conformes : les valeurs trouvées à l’analyse ne correspondaient pas à celles annoncées sur l’étiquetage. Aucune adultération des laits déclarés par des laits d’autres espèces animales n’a été décelée.

En conclusion, cette enquête montre que les producteurs de faisselles n’ont pas encore intégré l’ensemble des dispositions relatives à l’étiquetage de ces produits. Au niveau local, des actions de sensibilisation auprès des petits producteurs doivent être menées afin de leur rappeler les règles applicables en matière d’étiquetage des faisselles ainsi que les autocontrôles à mettre en œuvre pour garantir la conformité de cet étiquetage avec la composition réelle de leurs produits. A noter toutefois qu’aucun manquement grave n’a été relevé à l’occasion de cette enquête.

Cible Résultats

361 actions de contrôle
129 établissements visités
102 prélèvements analysés

62 avertissements
10 injonctions administratives

Une définition récente

C’est en 2013 que le décret n° 2013-1010 a introduit la définition de la faisselle dans l’annexe du décret n° 2007-628 relatif aux fromages et spécialités fromagères.

La faisselle y  est définie comme étant un caillé, principalement lactique, fragmenté, en cours d’égouttage dans un panier percé au moins sur toute la surface de ses côtés, avec son lactosérum.

Cette définition comporte des critères descriptifs et physico-chimiques dérogatoires. L’extrait sec total (fromage + lactosérum) doit être supérieur ou égal à 10 % ou 14 % du poids étiqueté, selon que le gras/sec du fromage est inférieur ou supérieur à 20 %.

 

 

Partager la page