Trier les résultats par
Afficher les extraits

Étiquetage des fromages et spécialités fromagères

 

En France, où les variétés de fromages sont très diverses, la DGCCRF veille au contrôle du respect des règlementations relatives à leur composition et à leur étiquetage. La dernière enquête a identifié la présence d’un certain nombre d’anomalies dans la production et la distribution du fromage.

 

 

L’enquête s’est intéressée à la fois aux producteurs (fromageries industrielles, affineurs et producteurs locaux) et aux distributeurs (commerce de détail alimentaire, crémeries et détaillants, exploitations fermières, marchés locaux, restaurants et traiteurs). 2 600 contrôles et 180 prélèvements ont été réalisés auprès de 1 028 établissements, permettant de mettre en avant un taux d’anomalies de 30 %.

L‘axe principal de cette enquête était le contrôle de la composition et de l’étiquetage eu égard aux règlementations relatives aux fromages et spécialités fromagères[1], à l’information des consommateurs[2], aux additifs alimentaires[3] et aux systèmes de qualité applicables aux produits agricoles et aux denrées alimentaires[4].

Les anomalies rencontrées touchent des défauts d’étiquetage et concernent plus particulièrement les indications de composition.

Des problèmes d’étiquetage

La dénomination de vente ne respecte pas toujours la règlementation, notamment en ce qui concerne l’utilisation de dénominations définies.

D’autre part, les mentions obligatoires sont souvent incomplètes voire absentes des étiquettes. Elles sont parfois indiquées à l’aide d’abréviations difficilement compréhensibles pour le consommateur ou sous des formes pouvant porter à confusion. Les mentions obligatoires sont souvent partiellement retranscrites lors de l’étiquetage des produits préemballés par les enseignes de distribution.

Enfin, des manquements sur les signes de qualité sont constatés, notamment sur les marchés où ces mentions sont souvent méconnues, mal utilisées voire même usurpées. Le symbole[5] européen AOP ou IGP est, quant à lui, est fréquemment oublié.

Des imprécisions et omissions quant à la composition

Des problèmes d’étiquetage ont été rencontrés sur les fromages vendus non préemballés où l’on retrouve souvent une absence d’indication du traitement thermique du lait et du pourcentage de matière grasse.

L’enquête a également relevé la mise en avant récurrente de la qualité et de la durée d’affinage sur les étiquettes. Toutefois, cette dernière prend parfois en compte une phase de congélation ou un stockage en chambre froide. Or, cette mention doit correspondre à la durée d’affinage réel en cave. Dans le cas de fromages au lait de mélange, l’étiquetage du pourcentage de chaque lait est souvent incorrect. De même, le pourcentage d’humidité des fromages blancs frais est régulièrement oublié. On trouve aussi des manquements en ce qui concerne l’indication du traitement thermique et les informations relatives aux allergènes.

Généralement l’absence d’indication du pourcentage de matière grasse est peu fréquente. Toutefois dans le cas de fromages dont le lait n’a pas été standardisé, la mention « au lait entier » est souvent manquante et des erreurs ont été signalées dans les quantités de matière grasse indiquées.

Il s’avère que les règles d’étiquetage des fromages sont généralement peu ou mal connues de certains distributeurs (y compris des distributeurs spécialisés). Nombreux sont les producteurs et les distributeurs qui semblent avoir des difficultés à assimiler tous les aspects de la règlementation que ce soit en matière d’étiquetage ou de présentation.

A la suite de cette enquête, il a été convenu que la pression de contrôle devait se poursuivre afin de maintenir un niveau d’information suffisant pour les professionnels, comme pour les consommateurs.

Cible Résultats

1028 établissements visités

2600 contrôles
180 prélèvements
702 avertissements
33 injonctions administratives
22 dossiers contentieux

 

[1] Décret n°2007-628 du 27 avril 2007

[2] Règlement UE n°1169/2011 du 25 octobre 2011

[3] Règlement CE n°1333/2008

[4] Règlement UE n°1151/2012

[5] Cette mention doit obligatoirement figurer sur l’étiquetage des produits agricoles et des denrées alimentaires bénéficiant d’un signe officiel de qualité (règlement UE n° 1151/2012 du 21 novembre 2012).

Partager la page