Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Les eaux minérales naturelles

 

 

 

La composition des eaux minérales ne suscite pas d’inquiétude particulière. Les non-conformités relevées sont toutes relatives aux règles d’étiquetage.

Les eaux minérales françaises, européennes ou originaires de pays tiers ont fait l’objet d’une enquête afin de vérifier leur composition déclarée ainsi que leurs teneurs résiduelles en arsenic, nickel, fluor, baryum et manganèse. Cette enquête était aussi l’occasion de s’assurer de la conformité des mentions générales d’étiquetage applicables aux eaux minérales naturelles et, plus spécifiquement, des allégations nutritionnelles et de santé revendiquées.

 

Des anomalies liées à l’étiquetage

Au total, 58 eaux minérales naturelles (eaux gazeuses ou plates) ont été analysées : 42 embouteillées en France et 16 provenant de la communauté européenne ou de pays tiers.

37 échantillons étaient conformes, 2 à surveiller et 19 non-conformes (soit 33 %).

Les anomalies relevées concernent :

  • l’emploi d’allégations non autorisées, d’allégations nutritionnelles non prévues, d’allégations de santé abusives ;
  • des compositions différentes de celles annoncées sur l’étiquette (excès ou défaut de certains éléments minéraux et  teneurs en éléments réglementés proches des limites) ;
  • le défaut d’emploi de la langue française.

Les sociétés ayant tendance à utiliser dans leur publicité des allégations pour se distinguer de leurs concurrents, la DGCCRF continuera d’exercer une surveillance particulière des mentions d’étiquetage.

Cible Résultats

67 établissements visités
180 actions de contrôle

1 procès-verbal
11 avertissements

Partager la page