Accueil du portailDGCCRFPublicationsRésultats d'enquêtes › Contrôle et surveillance des teneurs en dioxines, en PCB et en certains retardateurs de flamme bromés de certaines denrées alimentaires
Logo DGCCRF

 

 

Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes

Contrôle et surveillance des teneurs en dioxines, en PCB et en certains retardateurs de flamme bromés de certaines denrées alimentaires

24/03/2017

L’existence d’un risque sanitaire lié à l’exposition alimentaire de certains groupes de consommateurs aux  dioxines et aux  polychlorobiphényles (PCB) ne peut être écarté. Ainsi, l’Union européenne a mis en place une stratégie globale visant à réduire leur présence dans l’environnement, l’alimentation animale et l’alimentation humaine et a notamment fixé des teneurs  maximales dans les denrées alimentaires. Par ailleurs, la Commission a recommandé de surveiller la contamination des denrées alimentaires par certains retardateurs de flammes bromés (RFB). La DGCCRF a procédé en 2016 à une enquête visant à surveiller et contrôler la présence de ces contaminants dans les denrées alimentaires. Pour cela, elle a notamment procédé à l’analyse de 45 échantillons alimentaires. Tous ces échantillons étaient conformes à la réglementation.

 

© Phovoir.fr

Les contrôles, menés dans ce cadre, avaient pour objectif :

  • de vérifier la conformité de certains aliments aux teneurs maximales réglementaires fixées pour les dioxines, pour la somme [dioxines + PCB de type dioxine] et pour la somme des 6 PCB indicateurs qui ne sont pas de type dioxine ;
  • de vérifier que le danger « dioxines et PCB » a bien été pris en compte par les opérateurs responsables de la première mise sur le marché des denrées et d’examiner la pertinence des contrôles qu’ils ont mené et des suites qu’ils ont donné en cas de non-conformité ;
  • de recueillir des données de contamination par les dioxines et les PCB d’herbes aromatiques déshydratées et d‘argiles utilisées comme compléments alimentaires;
  • de recueillir des données de contamination des aliments pour nourrissons et enfants en bas âge et des huiles et des graisses végétales par certains retardateurs de flamme bromés. 

Bon à savoir

Les dioxines et les PCB (polychlorobiphényles)  sont des composés aromatiques chlorés appartenant à la catégorie des polluants organiques persistants. Les aliments, en particulier ceux d’origine animale, constituent la principale voie d’exposition du consommateur à ces contaminants.

Les dioxines se forment à l’occasion du processus de combustion lors de nombreuses activités industrielles, telles que l'incinération des déchets, la métallurgie, le blanchiment de la pâte à papier ou la fabrication de certains pesticides. Ils peuvent également résulter d'événements naturels commeles éruptions volcaniques ou les feux de forêts.

Les PCB ont été fabriqués et utilisés, sous forme de mélanges, à partir de 1930 pour leurs propriétés isolantes et leur stabilité chimique. Leur production et leur utilisation sont interdites depuis 1987.

Les retardateurs de flamme bromés (RFB) sont également des polluants organiques persistants. Ils sont constitués de mélanges de produits chimiques utilisés pour réduire les risques d’inflammation et de propagation du feu. Ces produits se retrouvent dans une vaste gamme de produits de grande consommation., Lors de leur utilisation ou en tant que déchets, ils relâchent des RFB dans l’environnement et contaminent l’air, le sol et l’eau. Ces contaminants peuvent ensuite entrer dans la chaîne alimentaire.

La présence de dioxines et de PCB a été recherchée dans 45 échantillons. Treize échantillons d’aliments pour nourrissons et enfants en bas âge, 12 échantillons d’huiles végétales, 2 échantillons d’huiles de poisson, 9 échantillons de compléments alimentaires et 9échantillons d’épices, de légumes ou d’herbes aromatiques séchés ont été analysés. Par ailleurs, certains retardateurs de flamme bromés ont été recherchés dans des échantillons d’huiles végétales et d’aliments infantiles. Aucune anomalie n’a été mise en évidence.

Les données recueillies ont été communiquées à l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) par l’intermédiaire de l’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES).

Ce plan de surveillance sera reconduit en 2017.

Cible Résultats

39 établissements vérifiés
45 échantillons prélevés

Aucune anomalie

Partagez cet article !