Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

La contamination des denrées alimentaires par les métaux lourds et l’arsenic

Analyses en laboratoire

Chaque année, la DGCCRF met en œuvre un plan de surveillance de la contamination des denrées alimentaires d’origine végétale par les métaux lourds et l’arsenic dont l’accumulation dans l’organisme peut avoir des conséquences néfastes pour la santé. A l’exception des compléments alimentaires à base d’argile et des semoules et farines de manioc qui doivent faire l’objet d’une attention particulière, l’enquête relève un faible taux de non-conformités.

Le plomb, le cadmium, le mercure et l’arsenic sont des contaminants présents dans l’environnement. Leur présence peut être naturelle ou liée à des activités humaines.

L’objectif de ce plan était d’une part de vérifier la conformité des denrées alimentaires aux dispositions réglementaires et d’autre part de recueillir des données de contamination permettant d’alimenter les débats en cours relatifs à la révision de certaines  teneurs maximales ou à l’établissement de nouvelles teneurs maximales réglementaires.

Une enquête très vaste

Les méthodes d’échantillonnage et les critères de performance des méthodes d’analyse mises en œuvre sont définies par la réglementation européenne[1]. Les contrôles ont porté sur 499 échantillons dont :

  • fruits (102) ;
  • légumes (164) ;
  • graines oléagineuses (13) ;
  • céréales et leurs dérivés (58) ;
  • compléments alimentaires (67) ;
  • jus de fruits, nectars et boissons aux jus de fruits (42) ;
  • aliments pour nourrissons et enfants en bas âge (15) ;
  • cacaos, les produits de cacao et les chocolats (38)

Des résultats globalement encourageants

Parmi les 499 échantillons prélevés, 37 seulement n’étaient pas conformes :

  • 11 échantillons ont été déclarés « impropres à la consommation » en raison de leur teneur en plomb (8 compléments alimentaires, 1 semoule de manioc), de leur teneur en cadmium (1 algue) ou de leur teneur en plomb et en cadmium (1 complément alimentaire).
  • 7 échantillons ont été déclarés « non conformes » en raison de leur teneur en plomb (3 compléments alimentaires, 1 carotte, 1 betterave, 1 farine de manioc), de leur teneur en cadmium (1 blette)
  • 14 échantillons ont été déclarés « à surveiller » en raison de leur teneur en plomb (3 compléments alimentaires, 2 matières premières pour complément alimentaire, 3 fruits frais, 2 semoules de manioc et 1 farine de manioc), en raison de leur teneur en cadmium (1 chocolat, 1 radis, 1 épinard)
  • 5 échantillons d’algues ont été déclarés « non satisfaisants » en raison de leur teneur en cadmium

Les données de contamination des denrées alimentaires par métaux lourds et arsenic recueillies dans le cadre de ce plan de surveillance seront transmises à l’EFSA. Elles sont particulièrement utiles pour les négociations en cours ou à venir. Cette enquête est reconduite en 2014.


[1] Règlement (CE) n°333/2007 portant fixation de modes de prélèvement d’échantillons et des méthodes d’analyse pour le contrôle officiel  des teneurs en plomb, cadmium, mercure, étain inorganique, 3-MCPD et hydrocarbures aromatiques polycycliques dans les denrées alimentaires.

Cible Résultats

396 établissements contrôlés
499 échantillons prélevés

4 procès-verbaux de délit
2 avertissements

6 mesures de restriction de mise sur le marché

Partager la page