Accueil du portailDGCCRFSécurité Produits alimentaires › Contamination des aliments à la distribution par Listeria monocytogenes et Campylobacter
Logo DGCCRF

 

 

Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes

Contamination des aliments à la distribution par Listeria monocytogenes et Campylobacter - 22/02/2016

 

Seuls quatre produits sur 3 201 prélevés ont été déclarés impropres à la consommation par la DGCCRF qui contrôle l’hygiène des denrées et notamment l’absence de certaines bactéries.
Trois d’entre eux étaient contaminés à la Listeria [1] et un à la Salmonella [2] (recherchée systématiquement en parallèle de Campylobacter [3]).

 

 

 

Certains comportements alimentaires à risque réduisent, voire suppriment l’étape de cuisson des aliments, favorisant ainsi la présence de la Listeria et du Campylobacter

Les habitudes alimentaires évoluent vers la consommation d’aliments moins cuits, voire crus, avec l’apparition de tartares, de carpaccios de volailles, de magrets fumés consommés crus en salade et enfin les barbecues estivaux où la cuisson des viandes est souvent superficielle et insuffisante pour éliminer le risque de contamination.

Dans ce contexte, le plan de surveillance par la DGCCRF de la contamination des aliments à la distribution par Listeria monocytogenes[4] a prélevé principalement des produits de grande consommation fabriqués industriellement : 1 447 produits carnés (charcuterie cuite, viande fumée), 1 086 fromages et produits laitiers, 387 produits à base de poisson ou de produits de la pêche.

Un plan complémentaire a recherché la présence de Campylobacter jejuni dans les aliments au stade de la remise au consommateur final : viandes (crues ou fumées, avec ou sans peau) et abats de volailles (foies, gésiers, etc.). Les enquêteurs ont distingué les produits vendus à la coupe des produits vendus pré-emballés par le distributeur et de ceux vendus pré-emballés par le producteur.

Le plus fort risque est présenté par les produits de la pêche pour la Listeria, et par les viandes crues ou fumées de volailles (et leurs abats) pour le Campylobacter

Le taux de contamination à la Listeria s’élève à 0,7 % pour les fromages, 1,4 % pour les charcuteries et 4,9 % pour les produits à base de poisson ou de produits de la pêche. Le risque potentiel présenté par cinq échantillons de charcuterie pouvait être maîtrisé par cuisson (lardons fumés, poitrine fumée, chipolatas). Trois produits ont en revanche été jugés impropres à la consommation : de la truite blanche fumée, du fromage au lait de vache cru et du saumon fumé au bois de hêtre.

Pour 12 des 203 prélèvements recherchant la présence de Campylobacter, les enquêteurs ont conclu à une « anomalie comportant un risque potentiel maîtrisé par cuisson ».

La proportion d’établissements contrôlés présentant une ou plusieurs anomalies est stable : 8,1 %. 113 avertissements ont été émis, 12 mesures de police administrative édictées et quatre procès-verbaux rédigés : deux relatifs à la mise sur le marché d’une denrée non conforme aux normes sanitaires, un relatif à l’absence de traçabilité des viandes et un relatif à des étiquetages non conformes.

La DGCCRF maintiendra la pression de contrôle dans le secteur de la distribution.

Cible Résultats

3 201 produits prélevés
(dont 2 998 destinés à la recherche de listeria)

Taux de contamination des prélèvements à la listeria : 1,6 %

Taux de contamination des prélèvements au campylobacter : 5,9 %

113 avertissements

12 mesures de police administrative

4 procès-verbaux

_________________________________________________________________________________

[1] La Listeria monocytogenes est une bactérie attaquant principalement les sujets au système immunitaire perturbé : personnes âgées, femmes enceintes, nouveau-nés, etc. Elle cause une maladie, la listériose.

[2] La Salmonella est une bactérie provoquant des maladies telles que la fièvre typhoïde, la fièvre paratyphoïde et la salmonellose, une des principales causes de toxi-infection alimentaire collective en France.

[3] Le Campylobacter constitue la principale cause bactérienne de gastro-entérites humaines dans le monde, avec une incidence croissante dans les pays développés.

[4] Le seuil réglementaire de contamination à la Listeria monocytogenes, correspondant à un risque de santé pour le consommateur, est fixé à 100 unités formant colonie par gramme de produit analysé (ufc/g). Les méthodes d’analyse détectent la présence de Listeria à partir de 4 ufc/g.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Liens utiles

 

 

Partagez cet article !