Bois de chauffage, contrats de fourniture de gaz naturel et d’électricité : tous nos conseils pour éviter les arnaques

Avec la hausse des prix de l’énergie, les menaces de pénurie et de coupures d’électricité, les arnaques à l’énergie ont explosé sur les réseaux sociaux, mais pas seulement. La DGCCRF vous donne tous les conseils à suivre pour passer l’hiver au chaud sans (trop) vider votre tirelire.

©AdobeStock

Des arnaques à l’énergie de plus en plus nombreuses et sophistiquées

Les annonces sont légion. Ici on vous promet des tarifs de l’électricité bloqués pendant 3 ans. Là des poêles à bois ou des bûches à des prix très bas et garanties françaises. Souvent ces annonces semblent émaner de sites parfaitement fiables. C’est ainsi que de nombreux consommateurs, soucieux d’alléger leur facture d’électricité cliquent sur une annonce commerciale, donnent leurs informations bancaires… et s’en repentent très vite quand ils se rendent compte qu’ils ont communiqué leurs coordonnées à un escroc usurpant l’identité d’un opérateur bien connu.

Alors que le prix de l’énergie augmente et que les français cherchent les solutions les moins onéreuses pour se chauffer et s’éclairer, les signalements pour escroquerie ont été multipliés par 10 par rapport à 2021. Petit florilège des arnaques les plus fréquentes :

  • Arnaque aux granulés et pellets de bois

L’engouement pour le chauffage au bois, réputé moins cher et écologique, a déclenché une hausse exponentielle des commandes de pellets de bois. La demande a été telle que les fournisseurs n’ont pu y répondre. C’est ce contexte ajouté à une hausse significative des prix, qui a provoqué l’éclosion des nombreux sites de ventes de bois en ligne, à des prix particulièrement attractifs. Souvent hélas, le bois commandé et réglé d’avance n’est jamais livré et aucun service client n’est mis à la disposition du client floué.

Pour plus d’information sur cette arnaque, consultez la fiche pratique Bois de chauffage

  •  Les faux fournisseurs d’énergie

Les grands fournisseurs d’eau, de gaz ou d’électricité ont vu des sites clones des leurs apparaître sur le web. Des sites en tous points similaires qui parviennent à tromper les professionnels eux-mêmes : l’interface est efficace, les fautes d’orthographe absentes et les avis consommateurs positifs très nombreux. Certains disposent même d’un certificat SSL qui permet de sécuriser le site avec une url https://

  • Les démarcheurs à domicile très empressés

Le démarchage à domicile est une activité très réglementée. Certaines personnes malveillantes usent de cette méthode pour faire signer un contrat d’énergie dont un consommateur n’a pas besoin.

Veillez à ne jamais laisser un technicien ou même un commercial accéder à votre compteur électrique. En récupérant le numéro de compteur, les arnaqueurs peuvent procéder à la résiliation de votre contrat au profit d’une autre société.

  • Des appels téléphoniques ou mails souvent trompeurs

Les appels téléphoniques représentent 75% du démarchage en matière de fourniture d’énergie. Les démarcheurs font souvent croire qu’on peut souscrire un contrat à l’oral ou par SMS au cours de la conversation téléphonique, alors que c’est impossible, seule la signature d’un contrat (électronique ou papier) fait foi.

Le consommateur peut s’opposer au démarchage téléphonique en s’inscrivant sur le site Bloctel. En outre, la réglementation concernant le démarchage téléphonique a été renforcée pour lutter contre ces sollicitations souvent intrusives

Les mails frauduleux, appelés phishing en anglais, font également partie des techniques d’arnaques aux fournisseurs d’énergie. Généralement les malfaiteurs usurpent l’identité de sociétés connues pour tenter de récupérer les informations personnelles du consommateur : coordonnées bancaires, numéro du compteur électrique, codes d’accès à l’espace client, etc.

Nos conseils pour repérer et éviter les arnaques

  • Vérifiez l’identité de la personne qui vous démarche

Que ce soit par mail, physiquement ou par téléphone, ne faites pas confiance trop vite. Vérifiez toujours l’identité de l’entreprise qui vous contacte : son existence, les avis consommateurs, la présence d’un service client joignable, le numéro de siret, etc.

  • Ne prenez pas de décision immédiate, même si tout vous semble clair

Méfiez vous tout particulièrement si le professionnel est insistant et vous indique qu’il y a urgence à signer. Un vrai professionnel vous laissera toujours le temps de réfléchir à son offre si vous en exprimez le besoin.  Le conseil est encore plus vrai si la présentation a été peu claire ou vague avec un discours confus et rapide.

Aucun document ne doit être signé au risque de souscrire un contrat à son insu.

  • Pour votre information consultez le site de la DGCCRF

Vous trouverez sur le site de la DGCCRF de nombreuses informations pour tout savoir sur les contrats d’énergie, comment les choisir, comment en changer ou les résilier.

  • Que faire si le contrat a déjà été signé ?

La première démarche à effectuer est d’adresser une lettre recommandée avec AR à l'adresse figurant obligatoirement sur les factures du nouveau fournisseur.

Si le différend n’a pas été résolu dans un délai de deux mois, vous pouvez saisir le Médiateur de l’énergie qui est une autorité publique indépendante proposant des solutions amiables pour résoudre les litiges relatifs à l’énergie. Tout consommateur peut saisir cet organisme et la procédure est gratuite.