Accueil du portailDGCCRFConsommation Résoudre un litige Litige à l'étranger › Arnaque aux produits de beauté "à l’essai"
Logo DGCCRF

 

 

Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes

Arnaque aux produits de beauté "à l’essai"

22/03/2017

Le Centre européen des consommateurs France a informé la DGCCRF de nombreuses réclamations de consommateurs concernant des produits de beauté proposés "à l’essai", notamment de marque Leuxia.

 

Ces plaintes indiquent que les consommateurs ont souscrit, via diverses publicités sur différents sites internet et réseaux sociaux, des produits de beauté "à l’essai" qui sont généralement des échantillons de crèmes pour la peau ou autres produits « antirides ».

Le mode opératoire est toujours le même : le consommateur se voit proposer d’obtenir un flacon d’essai, en payant uniquement des frais de port modiques de 4.25 à 5.95 €. Mais en réalité, après avoir examiné les conditions générales de vente de ces sites internet, le consommateur s’aperçoit qu’il a souscrit à un "abonnement par défaut" avec des prélèvements tous les mois à hauteur de 70, 80 voire 220 €.

Les sociétés en cause se présentent souvent sous différents noms avec des adresses internet qui varient tant par leur dénomination que par les coordonnées présentées sur les différents sites d’enregistrement.

Par ailleurs, elles présentent souvent des adresses physiques aux Etats-Unis, avec des adresses postales au Royaume-Uni ou aux Pays-Bas, ainsi que des numéros de téléphone et adresses de courriel britanniques ou hollandais.

Toutefois, la résolution amiable des litiges avec la plupart de ces sociétés est souvent impossible du fait que dans la quasi-totalité des cas, l’adresse mentionnée est fausse ou parce qu’il s’agit d’une simple boîte aux lettres.

Ainsi, il est impossible d’identifier quelconque société derrière les activités de la société Leuxia. La seule adresse connue au Royaume-Uni correspond à une simple boîte postale et le site www.leuxia.fr ne contient aucune coordonnée.

En conséquence,  le Centre européen des consommateurs France recommande aux consommateurs victimes de ces pratiques de contacter la société en cause, par courriel, afin de demander l’annulation de l’inscription pour éviter tout nouvel envoi non désiré et faire opposition aux abonnements par défaut via leurs établissements bancaires, et d’obtenir un remboursement des sommes versées grâce à la procédure de "chargeback" auprès de leur émetteur de carte bancaire ou de leur banque, s’ils ont payé leur commande par carte bancaire.

Partagez cet article !