Accueil du portailDGCCRF › Quelques chiffres
Logo DGCCRF

 

 

Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes

Quelques chiffres

Définition

Les accidents de la vie courante (Ac-VC) sont définis comme les « traumatismes non intentionnels » qui surviennent dans un cadre domestique (à la maison, ou dans ses abords immédiats) ou à l’extérieur (dans un magasin, sur un trottoir...), dans un cadre scolaire, lors d’une pratique sportive, etc. Cette définition exclut les accidents de la circulation et les accidents du travail.

Enquête permanente sur les accidents de la vie courante (EPAC) - 2016

Résultats 2010 en France métropolitaine

(sources : Institut national de veille sanitaire)

Les Ac-VC sont à l’origine de 5 millions de recours aux urgences, plusieurs centaines de milliers d’hospitalisations, et plus de 20 000 décès en France chaque année. Ils constituent ainsi un problème majeur de santé publique, pour lequel les actions de prévention sont essentielles et insuffisamment développées. La diversité et la multiplicité des circonstances et facteurs de risque de survenue des Ac-VC imposent de mettre en place des systèmes de surveillance épidémiologique variés, destinés à fonder les actions de prévention. Parmi les autres enquêtes existantes, l’Enquête permanente sur les accidents de la vie courante (EPAC) constitue un outil épidémiologique irremplaçable, pour contribuer à cette surveillance. Implantée dans une dizaine d’hôpitaux en France métropolitaine et un à la Réunion, elle permet de rendre compte des caractéristiques des Ac-VC ayant donné lieu à un recours aux urgences : lieu, activité et mécanisme de survenue, produits en cause, lésion et partie lésée, prise en charge aux urgences et à l’hôpital.

EPAC : enquête permanente sur les accidents de la vie courante réalisée par l'Institut de veille sanitaire (InVS)

Toutes les données chiffrées dans le rapport de l'EPAC - PDF, 1,8 Mo
Le rapport contient les résultats des AcVC survenus en 2010 en France métropolitaine selon EPAC. Ils sont détaillés pour trois groupes d’âge : 0-16 ans, 17-64 ans, 65 ans et plus. Des résultats spécifiques sont fournis pour les accidents mettant en cause un cheval, un chien, une échelle, des escaliers, une porte, une scie, un vélo.

Les principaux risques pour les enfants

 

Chez les enfants de moins de 15 ans, les lieux d'accidents sont identiques quel que soit le sexe. Le théâtre des accidents d'enfants est le plus souvent la maison (48 %) et les lieux publics (39 %) dont la moitié dans les aires de sports et de jeux.

 

Les chutes constituent de loin le mécanisme le plus fréquent (60 %), suivi des coups et collisions (19 %).

 

29 % des accidents d'enfants entraînent des contusions ou des hématomes, 24 % des plaies, 15 % des fractures et 13 % des entorses. La tête est touchée dans un tiers des cas, les membres sensiblement plus d'une fois sur deux.

 

Subsistent en outre les risques d'intoxication accidentelle (faible chez les enfants), de suffocation (la mortalité infantile liée à ce risque a fortement diminué au cours des dernières années) et de brûlure (feu, objets ou liquides chauds).

Les principaux risques pour les personnes âgées

Chute : Les troubles de la vision et de l'équilibre, l'isolement, un habitat peu adapté sont des facteurs de risque de chute chez le sujet âgé. Mais également la fragilité des os, en particulier chez la femme, expose à un risque accru de fracture. Les chutes représentent 80 % des accidents de la vie courante au-delà de 65 ans. Les trois quarts des décès par chutes tous âges confondus sont survenus chez des personnes âgées de plus de 75 ans.

Suffocation :Depuis le début des années 80, le nombre de décès par suffocation de personnes âgées de plus de 65 ans a été multiplié par près de 3. Les maladies du système nerveux (démence, troubles mentaux, maladies vasculaire cérébrales...) sont des facteurs d'accroissement important du risque de suffocation chez la personne âgée. Les deux tiers des décès par suffocation tous âges confondus sont survenus chez des personnes âgées de plus de 75 ans.

Intoxication : le nombre d'intoxications de personnes âgées à presque doublé entre 1982 et 1999, celles-ci sont principalement des intoxications médicamenteuses résultant de surdosages et d'erreur d'administration.

 

 

 

L'Institut national de veille sanitaire (InVS) publie chaque année les résultats de l'enquête permanente sur les accidents de la vie courante (EPAC) qui présente en détail les caractéristiques de ces accidents.

Partagez cet article !