Accueil du portailDGCCRF › Recherche de résidus de pesticides dans les herbes aromatiques
Logo DGCCRF

 

 

Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes

Recherche de résidus de pesticides dans les herbes aromatiques

01/01/2009

Au 1er semestre 2005, le laboratoire cantonal de Genève du Service de Protection de la Consommation a procédé à l'analyse de 17 variétés de plantes aromatiques. Les tests ont révélé la présence de 9 insecticides et 10 fongicides différents, pour la majorité non autorisés sur les herbes aromatiques. La contamination en résidus de pesticides était telle pour certains produits qu'ils ont été retirés du marché et détruits.

La direction régionale d'Alsace a donc procédé à une enquête pour vérifier au plan local la présence de résidus de pesticides dans les fines herbes.

Les départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin ont chacun prélevé 10 échantillons.

L'origine des échantillons est la suivante :

  • française pour 17 échantillons, soit 85 %,
  • italienne pour 1 échantillon, soit 5 %,
  • tierce (Israël - Tunisie) pour 2 échantillons, soit 10 %.

Les échantillons ont été prélevés à tous les stades de la filière : production, stade de gros, grandes et moyennes surfaces, jardineries et magasins spécialisés en fruits et légumes.

Les produits prélevés sont de nature diverse :

  • 11 herbes aromatiques en pot (thym, basilic, aneth, ache des montagnes, ciboulette, menthe poivrée),
  • 3 herbes aromatiques surgelées (basilic, oseille, estragon),
  • 6 herbes aromatiques fraîches (basilic, ciboulette, menthe, oseille).

4 échantillons, tous d'origine française, ont été reconnus "non conformes" pour :

  • présence de matière active non autorisée : bruprofézine , pyriproxifène,
  • dépassement de LMR* : chlorothalonil, mercaptodimethur.

Des procès-verbaux ont été dressés à l'encontre des entreprises responsables de la première mise sur le marché.

La DGCCRF poursuit son action dans le domaine de la qualité des herbes aromatiques pour garantir au consommateur une qualité sanitaire irréprochable. Des contrôles sont programmés dans ce secteur en 2007.

*Les limites maximales de résidus (LMR) de pesticides correspondent aux quantités maximales acceptables, établies à partir des bonnes pratiques agricoles fixées lors de l'autorisation de mise sur le marché du produit phytosanitaire et de la dose journalière admissible. Ces LMR sont fixées soit au niveau national soit au niveau communautaire. L'harmonisation communautaire est en cours.

Partagez cet article !