Accueil du portailDGCCRFPublicationsVie pratique Fiches pratiques › Bronzage en institut : les précautions d’usage
Logo DGCCRF

 

 

Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes

Bronzage en institut : les précautions d’usage

16/07/2018

Depuis le 29 juillet 2009, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC/IARC), agence dédiée au cancer au sein de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a officiellement classé les UV émis par les cabines de bronzage comme « cancérogènes ». Pour limiter les risques pour la santé, respectez les précautions d’usage !

Crédit photo : ©Fotolia

Bronzage en institut : les précautions d’usage - PDF, 194 Ko

La pratique du bronzage en cabine reste autorisée mais les pouvoirs publics ont mis en place une réglementation très stricte pour limiter les risques pour la santé des consommateurs qui y ont recours.

Comment sont réglementées les cabines de bronzage?

Les cabines de bronzage sont soumises à une réglementation stricte qui doit permettre de s’assurer que les conditions d’utilisation sont conformes à des règles de bonne pratique et de vérifier que les consommateurs sont bien avertis des risques pour la santé.

Grâce à une réforme des textes introduite en 2013 (voir infra réglementation détaillée), la mise à disposition d’appareils de bronzage artificiel au public repose sur :

  • des contrôles des appareils, et de leur traçabilité ;
  • des avertissements sanitaires obligatoires à proximité des appareils et dans les offres publicitaires ;
  • une formation des professionnels du bronzage renforcée et étendue à tous les acteurs ;
  • des interdictions d’offres tarifaires préférentielles ou promotionnelles pour des séances UV.
     

Par exemple, concrètement, cela signifie que :

  • le professionnel doit mettre à disposition de sa clientèle des lunettes assurant une protection appropriée des yeux ;
  • le professionnel déclare ses appareils auprès de la préfecture et les fait contrôler tous les deux ans par des organismes techniques désignés à cet effet ;
  • le personnel, quelle que soit sa qualification, est formé très régulièrement par des formateurs.
  • des informations claires et précises sont bien affichées pour le public comme des avertissements sur les précautions d’exposition et les risques liés à l’usage des émetteurs d’UV ;
  • les professionnels ne doivent plus faire d’offres promotionnelles ou préférentielles pour vendre des séances d’UV artificiels. Par exemple,  sont interdits les forfaits illimités ou encore les tarifs dégressifs (10 séances achetées = 3 séances offertes).

Bon à savoir
La DGCCRF assure le respect de la réglementation par des contrôles réguliers auprès des utilisateurs professionnels délivrant les UV artificiels et auprès des organismes accrédités qui vérifient les appareils UV et les établissement

Quelles sont les précautions à prendre avant d’utiliser une cabine UV ?

  • Prenez connaissance des avertissements et des précautions affichés dans les établissements offrant cette prestation et respectez les mises en garde.
  • Portez systématiquement les lunettes de protection fournies.
  • Enlevez les cosmétiques bien avant l’exposition et n’appliquez aucun produit sur la peau avant la séance de bronzage.
  • Evitez de vous exposer en cas de prise de médicaments susceptibles d’être photo-sensibilisants (en cas de doute, consultez votre médecin).
  • Ne dépassez pas la durée d’exposition prévue en fonction de votre type de peau.
  • Respectez un délai de 48 heures minimum entre les deux premières séances.
  • Ne vous exposez pas au soleil et aux lampes d’un appareil de bronzage le même jour.
  • Suivez bien les recommandations concernant la durée, les intervalles et les distances d’exposition à la lampe.
  • Consultez un médecin si des cloques persistantes, des blessures ou des rougeurs se développent sur la peau, ou en cas d’antécédents de pathologie cutanée.

 

Les éléments ci-dessus sont donnés à titre d'information. Ils ne sont pas forcément exhaustifs et ne sauraient se substituer aux textes officiels.

Pour tout renseignement complémentaire, reportez-vous aux textes applicables ou rapprochez-vous de la préfecture de votre département, plus précisément de la direction départementale de la protection des populations (DDPP) ou direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP).

 

Textes de référence

 

Partagez cet article !