Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Développer les usages des TIC pour la santé à domicile

Avec le vieillissement de la population et l’augmentation des maladies chroniques, le marché de la santé à domicile et de la dépendance est en plein essor et répond à des besoins croissants. C’est un vaste gisement d’emplois qui offre également de nouveaux marchés pour l'industrie, en particulier grâce à l’utilisation croissante des nouvelles technologies de l’information et de la communication.

 

 

 

 

 

Suivi des patients à distance, télécardiologie, aides techniques, les applications des TIC appliquées au secteur de l'e-santé sont multiples et les TIC ont donc un rôle majeur à jouer.

Prendre en compte le vieillissement de la population

Les progrès techniques et l’amélioration des conditions de vie ont permis un allongement significatif de l’espérance de vie. Elle croît d’un trimestre par an et dépasse désormais 80 ans. En janvier 2010, la population française a dépassé les 65 millions d'habitants, dont 10,9 millions de personnes de plus de 65 ans. Et la part des seniors va continuer à augmenter, avec dès l'an prochain les premiers baby-boomers qui atteindront cet âge. En 2050, 22,3 millions de personnes seront âgées de plus de 60 ans contre 12,6 millions aujourd’hui, soit une hausse de 80%. Ce vieillissement de la population conduit à une forte progression des maladies chroniques, telles que les maladies cardiovasculaires, le diabète, l’insuffisance cardiaque ou certaines maladies respiratoires, et plus largement à une augmentation des personnes dépendantes. 15 millions de personnes en sont aujourd’hui atteintes en France et elles seront 20 millions dans 10 ans.

L’utilisation des TIC pour la santé peut aider à faire face à ces enjeux. Les TIC peuvent en effet contribuer à optimiser la prise en charge des patients atteints de maladies chroniques, d’une part en permettant au patient d’atteindre une meilleure autonomie dans la gestion de sa maladie au travers de la formation, d’autre part en évitant des déplacements pour des consultations ou des hospitalisations répétées et coûteuses. Par exemple, pour les patients atteints d’insuffisance cardiaque chronique, la télésurveillance à domicile d’indicateurs cliniques simples, tels que le poids, la tension artérielle, l’état respiratoire, l’électrocardiogramme, transmis à un centre de premier recours, peut permettre de prévoir la survenue de complications aiguës et de prévenir les hospitalisations non programmées.

Par l'apport de l'innovation

L'Union européenne, par le biais des programmes cadres, a investi depuis une vingtaine d'année plus d'un milliard d'euros dans la recherche en matière d'e-Santé. Elle a lancé plusieurs plans d'action destinés à surmonter les obstacles techniques, réglementaires et comportementaux et à favoriser ainsi le développement du marché. Une conférence de haut niveau eHealth 2011 se tiendra à Budapest du 10 au 12 mai 2011.

En France mise aussi sur le rôle clé de l’innovation aussi bien en termes de solutions que de services pour faire face à ces enjeux. En partenariat avec les acteurs du secteur de la santé, plusieurs actions ont été lancées depuis quelques années pour favoriser l'essor d'un secteur riche en potentialités (appel à projets, centre de référence, études). Ces travaux ont été présentés lors d'un séminaire organisé en février 2011. Ce séminaire a permis de de mobiliser les acteurs pour favoriser la création de consortium pluridisciplinaires et soutenir l’innovation.

Et du programme des investissements d'avenir

Le programme des Investissements d’avenir accorde une large place aux technologies de l’information et de la communication (TIC) notamment avec le soutien aux usages, contenus et services numériques innovants. Il représente une formidable opportunité de renforcer l’industrie française des TIC dans plusieurs secteurs stratégiques, en particulier celui de la e-Santé. Un premier appel à projets visant le développement de solutions innovantes communicantes (ex : capteurs, dispositifs médicaux, solutions domotiques…) permettant d’améliorer la santé, le bien- vivre, l’autonomie, et la prévention et la compensation de la dépendance dans les lieux de vie a pour cela été lancé en janvier 2011.

Partager la page