Accueil du portailArchivesDéclaration franco-allemande sur l'intégration économique

Déclaration franco-allemande sur l'intégration économique

31/03/2015

A l'issue du Conseil des ministres franco-allemand qui s'est tenu le 31 mars 2015 à Berlin, Emmanuel Macron et son homologue allemand Sigmar Gabriel ont signé une déclaration commune sur l'intégration économique. Elle met en avant des initiatives concrètes et des projets communs qui pourront s'élargir aux autres Etats membres.

La coopération entre les deux pays comme moteur d'une plus grande intégration en Europe.

Dans le préambule de la déclaration commune sur l'intégration économique, la France et l’Allemagne s’engagent à orienter la politique économique européenne vers la croissance et l’emploi en encourageant les réformes et l’investissement et en tirant parti du marché unique européen.

Cette déclaration met en avant trois axes où des politiques communes franco-allemandes peuvent être moteurs d'une plus grande intégration en Europe :

  • l'intégration économique en vue de la création future d'un « espace Schengen économique » qui s'appuie sur un plan d'investissement et la simplification de la réglementation. « La France et l’Allemagne veulent contribuer à faire évoluer de manière significative les instances de l’Union européenne vers une plus grande intégration économique au moyen d’initiatives concrètes et de projets communs entrepris par des Etats membres aux vues concordantes », précise la déclaration.
  • la stratégie numérique en vue de la création d'un marché unique du numérique et d'un soutien franco-allemand aux activités de cloud computing et de big data
  • les projets franco-allemands pour stimuler l'investissement en Europe, notamment la modernisation des réseaux européens transfrontaliers d'électricité et de gaz afin de soutenir le développement d'un marché européen intégré de l'énergie et le choix d'une région pilote transfrontalière franco-allemande dans le domaine des réseaux numériques intelligents dans des secteurs comme l’éducation, la santé, les transports, l’énergie et l’administration publique, en cohérence avec les initiatives déjà engagées au niveau de l’Union européenne.

 

Partagez cet article !