Accueil du portailDAJAJE › A.J.E. - l'Agent Judiciaire de l'État
Direction des affaires juridiques

A.J.E. - l'Agent Judiciaire de l'État - 18/06/2013

 

A.J.E. - l'Agent Judiciaire de l'ÉtatCréé par le décret révolutionnaire du 21 juillet 1790, l'agent judiciaire du Trésor  a pris, 222 ans après sa création, la nouvelle appellation d’agent judiciaire de l’État. L’Agent judiciaire de l’État a le monopole de la représentation de  l’État devant les tribunaux  judiciaires  pour le recouvrement des créances de l’État.
Depuis 1998, cette fonction est assurée par le directeur des affaires juridiques des ministères financiers.

L’Agent judiciaire de l’État est, depuis 2012, certifié selon la norme ISO 9001

 

Consulter ►La brochure de présentation de l'Agent judiciaire de l'État

 

 

Ses missions

L’AJE dispose, aux termes de l’article 38 de la loi n°55-366 du 3 avril 1955, d’un monopole légal de représentation de l’État devant les tribunaux de l’ordre judiciaire pour toute créance ou dette de l’État, sauf dans les  matières domaniales, fiscales, de l’enseignement, ainsi qu’en matière d’expropriation et de réquisition.

 

Ses actions

L’AJE peut agir en demande, pour demander remboursement des réparations et des prestations sociales versées à un agent de l’Etat ayant subi un dommage corporel, ou agir devant le juge répressif contre l’auteur de l’agression subie par le fonctionnaire. Il agit directement, ou par voie de constitution de partie civile. Il peut demander réparation des dommages subis par l’Etat devant les tribunaux judiciaires.
 L’AJE représente l’État en défense, dans les domaines des accidents causés par les agents de l’État et dans celui des libertés publiques (par exemple pour les dommages causés par le fonctionnement défectueux du service public de la justice), ou dans le domaine du droit social et de certains droits économiques et financiers.

 

Ses avocats

L’AJE dispose de près de 200 avocats, désignés à l’issue d’une procédure de marché public.

 

Savoir transiger

L’AJE est seul compétent, lorsqu’une procédure judiciaire est en cours, pour transiger au nom de l’État.
Sa politique est fixée par la circulaire du 6 avril 2011 relative au développement du recours à la transaction pour régler amiablement les conflits. Il sait reconnaitre les torts éventuels de l’État, et les réparer avec diligence et humanité.
L’AJE peut venir en aide à toute administration publique souhaitant avoir recours à la transaction.

 

Exécuter les décisions de justice

L’AJE peut émettre des titres de perception à l’encontre des débiteurs de l’État. Il transmet aux ministères concernés les décisions de justice, et les conseille dans leur exécution.

 

Lignes directrices de l'action de l'AJE

L’AJE défend les deniers publics. Soucieux de l'image de l’État devant les tribunaux, il plaide de bonne foi, respecte discrétion et neutralité, garantit la cohérence et la clarté de la position de l’Etat , assure l’objectivité et la sérénité des débats judiciaires.

 

 

Textes

 

 

Organisation

 

 

 

 

 

 

Partagez cet article !