Accueil du portailDAE › La bourse à la cotraitance expliquée par le directeur des achats de l’Etat



Direction des achats de l'État

La bourse à la cotraitance expliquée par le directeur des achats de l’Etat


Bourse à la cotraitanceLa direction des achats de l’Etat (DAE), direction d'administration centrale du ministère de l’action et des comptes publics définit la politique des achats de l’Etat, sous l’autorité du Premier ministre. Elle s’assure également de sa mise en œuvre, après concertation avec les ministères. Pour mieux aider les entreprises à accéder plus facilement aux marchés de l'Etat, la DAE a créé "la bourse à la cotraitance". Explications de Michel Grévoul, directeur des achats de l'Etat.

 


Pourquoi avoir créé la bourse à la cotraitance, comment fonctionne-t-elle et à quoi sert-elle ?

Après avoir écouté de nombreuses PME et organisations professionnelles, j’étais convaincu qu’il y avait un réel besoin pour certaines PME qui n’arrivaient pas à remporter des marchés de l’Etat (car elles n’avaient pas la taille suffisante ou /et toutes les compétences nécessaires pour répondre à un de nos marchés) d’avoir un lieu internet sécurisé où se rencontrer afin d’essayer de répondre ensemble à un marché qu’elles auraient préalablement ciblé sur notre plateforme dématérialisée des marchés de l’Etat appelée PLACE.

C’est pourquoi fin 2015 la DAE a créé une bourse à la cotraitance qui est un lieu de contacts entre entreprises sur une place de marché sécurisée pour tous les marchés de l’Etat d’un montant supérieur à 25 000 euros , bourse qui est gérée par un tiers de confiance (les acheteurs de l’Etat n’ont pas accès aux échanges entre entreprises sur la bourse à la cotraitance).

Après avoir échangé entre elles via cette bourse sur les capacités financières et /ou compétences groupées dont elles ont besoin pour répondre ensemble et espérer remporter le marché ciblé et sur la manière dont elles pensent travailler ensemble, les entreprises peuvent créer un groupement momentané d’entreprises (GME), qui n’est pas une alliance capitalistique mais simplement un vecteur juridique dans lequel elles sont toutes co-contractantes. Ainsi, si elles remportent le marché ciblé auquel elles ont répondu en GME, elles sont directement en contact avec le service de l’Etat qui passe le marché, ont droit à un paiement direct de l’Etat et sont donc dans une situation plus favorable que si elles étaient uniquement sous-traitantes.


Ce service rencontre un succès fulgurant, pouvez-vous nous l’illustrer ?

A fin 2017, plus de 3 000 entreprises s’y étaient inscrites contre 1 700  fin 2016 (+ 77%). Dans le périmètre global de l’Etat et de ses établissements publics, 1113 consultations ont été attribuées à des groupements momentanés d’entreprises en 2017, contre 584 en 2016. Le montant global des GME attribués en 2017 a été de près de 4 Mds € sur la durée des marchés.


Et demain, comment la bourse va-t-elle évoluer ?  

Je pense que l’outil au service des entreprises que constitue la bourse à la cotraitance est bien adapté sinon nous n’aurions pas autant d’utilisateurs. Nous avions consulté beaucoup d’entreprises avant de le réaliser, les résultats traduisent la prise en compte de leurs souhaits. En 2018 la DAE va mettre en œuvre un outil complémentaire à la bourse à la cotraitance : un guichet unique achat logé sur le site internet de la DAE pour les entreprises souhaitant être contactées rapidement (par tél, courriel ou rencontre directe dans les 15 jours maxi) par un acheteur de l’Etat spécialisé dans leur domaine d’activité. Ce guichet unique achat sera un outil majeur pour faciliter l’accès à nos marchés car il permettra aux entreprises de présenter leurs produits ou services en amont du lancement des marchés et aussi de mieux comprendre les besoins de l’Etat sur leurs domaines d’activités, (nos besoins achats / leurs possibilités d’y répondre) car l’acheteur les informera de la programmation des achats de l’Etat pour les années à venir. Mon but est qu’il n’y ait qu’un seul point d'entrée commun aux acheteurs de l'Etat pour organiser, optimiser et fluidifier les contacts acheteurs-entreprises. Ce guichet unique sera une solution pour les PME qui ne savent pas qui contacter à l’Etat pour présenter leurs  produits ou services ou qui, lorsqu’elles trouvent les coordonnées d’un acheteur ne sont pas recontactées dans un délai raisonnable.

 

Bourse à la cotraitanceTémoignage de Vincent Gouaux, acheteur expert immobilier à la Plateforme régionale des achats de l’Etat en région PACA.

Rendre accessible nos marchés aux TPE et PME qui constituent la majorité du tissu économique de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur est une priorité de notre plate-forme régionale des achats de l’Etat en région PACA.
A titre d’exemple, sur un marché de travaux d’entretien de bâtiments que j’ai récemment notifié pour un montant total de 8 millions d’euros sur 4 ans, 31 lots sur 37 ont été attribués à des PME. La cotraitance a été un levier essentiel pour atteindre ce chiffre puisque 10 lots sont attribués à des groupements momentanés d’entreprises.

J’ai pu parvenir à ce résultat en discutant en amont avec les entreprises pour adapter la structure du marché aux enjeux techniques et géographiques du secteur économique. J’ai également formé les entreprises en organisant avec les CCI et les fédérations du bâtiment des réunions publiques d’information dans les 6 départements de la région PACA. L’objectif était de présenter la stratégie achats et les outils à disposition des entreprises pour y répondre, notamment la bourse à la cotraitance. Enfin j’ai fait un travail de simplification des documents de consultation notamment les bordereaux de prix unitaires et rédigé des clauses contractuelles équilibrées, notamment en autorisant toutes les formes de cotraitance.

Grace à une collaboration avec nos partenaires économiques, les CCI notamment, nous parvenons donc à bien communiquer auprès des PME de PACA sur la bourse à la cotraitance. Elles me confirment l’intérêt de la démarche et trouvent l’outil adapté à leurs besoins. La bourse à la cotraitance contribue à renforcer l’attractivité de l’Etat vis-à-vis d’entreprises locales, innovantes et performantes mais qui sont parfois trop petites pour répondre seules à nos marchés.

Modifié le 29/05/2018
Partagez cet article !