Comment créer une entreprise artisanale ?

Un artisan peut exercer seul ou avec des salariés, sous la forme d'une entreprise individuelle ou d'une société. Retour sur les principales conditions à respecter et démarches à effectuer pour créer une entreprise artisanale.

© scusi0-9 - Epictura

Applicable depuis le 1er juillet 2023, le nouveau code de l’artisanat doit rendre plus lisible et plus accessible le cadre juridique applicable aux artisans. La Direction Générale des Entreprises propose une foire aux questions.

Entreprise artisanale : les principales formalités

Les conditions pour être artisan

Pour avoir la qualité d'artisan, il faut exercer un métier d'artisanat ou d’artisanat d'art.

La compétence dans le métier doit pouvoir être justifiée par un diplôme, une formation ou par l'expérience, comme le précise le décret du 2 avril 1998 relatif à la qualification artisanale et au répertoire des métiers.

Certaines activités ne peuvent toutefois être exercées que par une personne qualifiée : il s’agit des activités artisanales réglementées, dont la liste est disponible sur le portail Bpifrance Création.

Depuis le 1er janvier 2023, suite à la création du Registre national des entreprises, la taxe pour frais de chambres de métiers et de l'artisanat (TCMA) est due par les chefs d'entreprises individuelles et les sociétés tenus de s'inscrire au registre national des entreprises ou qui s'y immatriculent volontairement.

L'immatriculation au répertoire des métiers

Quel que soit son statut juridique (entreprise individuelle ou société), l'artisan doit obligatoirement procéder à une immatriculation au répertoire des métiers.

Pour la création d'une entreprise individuelle ou d'une société commerciale comptant 10 salariés au plus, le centre de formalités des entreprises (CFE) compétent est la Chambre de métiers et de l'artisanat.

Au-delà de 10 salariés, le CFE compétent est la Chambre de commerce et d'industrie.

Depuis le 1er janvier 2023, toutes les entreprises doivent réaliser leurs formalités via le Guichet unique, géré par l'INPI. Il permet notamment un enregistrement au registre national des entreprises (RNE), qui fusionne les registres existants. 

L'ensemble des formalités prévues sur le guichet unique est disponible depuis le 30 juin 2023. Cependant, une procédure de secours a été instaurée pour pallier les problèmes du guichet unique et a été reconduite en 2024 par un arrêté du 26 décembre 2023.

Un arrêté du 29 décembre 2021 précise que depuis le 1er janvier 2022 toutes les formalités d'immatriculation, modification et radiation relatives au statut d'artisan doivent être accompagnées de pièces justificatives pour être traitées.

 

Entreprise artisanale : le choix du statut

Les structures juridiques

Une activité artisanale peut être exercée soit sous la forme d'une entreprise individuelle (entrepreneur individuel ou micro-entrepreneur), soit sous la forme d'une société (SARL, SAS, SA...).

Plusieurs sources publiques permettent de comparer les différents types de société et d'identifier les statuts susceptibles de correspondre à une situation donnée :

 

Fin du statut d'entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL)

La loi du 14 février 2022 en faveur de l'activité professionnelle indépendante crée un statut unique protecteur pour l’entrepreneur individuel et supprime le statut de l'EIRL :

  • Dorénavant, l’ensemble du patrimoine personnel de l’entrepreneur individuel sera protégé ;
  • Possibilité pour les entrepreneurs individuels de faire évoluer plus aisément leur activité en passant de l’entreprise individuelle à la société ;
  • Assouplissement des conditions d’accès à l’allocation travailleurs indépendants (ATI) ;
  • Traitement facilité des dettes de cotisations et contributions sociales des gérants majoritaires de SARL en cas de défaillance.

Obtenir des informations administratives et effectuer des démarches

Contacts utiles

 

Ressources complémentaires

Modifié le 14 mars 2024