Accueil du portailCAEF › Yves BOUTHILLIER
Centre des archives économiques et financières

Yves BOUTHILLIER

10/11/2011

Ministre des finances et du commerce puis ministre de l'Économie Nationale et des finances durant 703 jours

dans les gouvernements REYNAUD (15 - 18 juin 1940) et PÉTAIN (18 juin 1940 - 18 avril 1942).

Sources CAEF

Archives

1A-0000401/3 : Financement des travaux d'aménagement des terres irrigables au Niger en vue de la culture du coton et du riz : correspondance, loi autorisant le Trésor public à avancer à l'Office du Niger jusqu'à concurrence de 600 millions de francs les sommes nécessaires à l'aménagement de 200000 ha de terres irrigables, loi modifiant la loi du 7 juillet 1934 modifiant elle-même la loi du 22 février 1931 autorisant le gouvernement général de l'AOF (Afrique occidentale française) à contracter des emprunts, carte de situation (avril 1941). - 1941

1A-0000401/4 : Communication à l'autorité allemande des projets de textes législatifs ou réglementaires applicables en zone occupée : correspondance, notes et circulaires du Ministre à tous les services (1940-1944) ; mise en place d'un service de réclamations au sein du bureau du cabinet du Ministre : rapport, circulaires du Ministre aux directeurs généraux, directeurs et chefs de service (1940). - 1940

1A-0000401/6 : Personnels du Ministère, rémunérations, régime des retraites des ouvriers des établissements industriels de l'Etat, attribution de la légion d'honneur, constitution des associations professionnelles de fonctionnaires : notes de la direction du budget et de la direction du personnel au Ministre, circulaires de la vice-présidence du conseil, décret du 24 janvier 1942 relatif aux associations professionnelles des fonctionnaires du secrétariat d'état à l'économie nationale et aux finances. - 1941-1942

Écrits

  • Etat français. Secrétariat d'Etat à l'économie nationale et aux finances. - L'action économique en France depuis l'armistice. Mâcon : Protat, 1941. XIV-182 p. ; 19 cm. 500.1 ACT / MAG
  • BOUTHILLIER (Yves). - Le drame de Vichy. Paris : Plon, 1950. 2 vol. (320 p., 552 p.) ; 23 cm. 335.344 BOU / MAG

Résumé de l'action ministérielle

Faire face aux exigences financières de l'occupant allemand en empêchant la dépréciation du franc, telle est et demeurera la principale préoccupation d'Yves BOUTHILLIER. L'Allemagne a en effet imposé, d'entrée de jeu, un taux de change spécialement désavantageux et un système de clearing à l'avenant, qui s'ajoutent aux frais d'entretien des troupes d'occupation. Pour honorer ces paiements, tous les circuits des marchés financiers sont progressivement placés sous un contrôle très strict qui permet de drainer l'essentiel de l'épargne vers le Trésor. Les lois des 13 et 14 juin 1941 qui - pour la première fois - réglementent et organisent la profession bancaire, ont partie liée avec ce contexte, même si elles procèdent aussi de l'idéologie corporatiste de l'État français.

Yves BOUTHILLIER est, d'autre part, l'auteur d'une restructuration des administrations financières d'une ampleur inégalée. Une loi publiée dès le 30 août 1940 réorganise le ministère en deux secrétariats généraux respectivement chargés des finances publiques et des questions économiques. Le premier regroupe les directions du budget, du Trésor (réunissant la comptabilité publique, la dette inscrite et une partie de l'ancien mouvement général des fonds) et des impôts ; au second sont dévolues la direction de l'économie générale, la direction des accords commerciaux (bientôt rebaptisée direction du commerce extérieur), la direction des finances extérieures et des changes ainsi que la direction des assurances et la statistique générale de la France, toutes deux détachées du ministère du travail. Intervient ultérieurement, et parallèlement à la suppression d'organismes créés sous le Front populaire, l'institution du service de la démographie (novembre 1940), des conseils des études économiques et fiscales (mai 1941), de l'agence comptable de la dette publique, de la délégation générale aux relations économiques franco-allemandes (février 1941) et du service national des statistiques (octobre 1941).

On peut également relever que le ''ministre-secrétaire d'État'' est à l'origine de la mise en chantier du plan comptable et qu'il a créé l'ordre des experts comptables (loi du 3 avril 1942).

Très hostile à LAVAL, qui l'écarte dès son retour aux affaires, Yves BOUTHILLIER fut arrêté en 1944 par la Gestapo et déporté. Après la Libération, la Haute-cour de justice le condamna en 1947 à trois ans de prison.

Retour à la chronologie Etat français

 

Modifié le 10/11/2011

 Visuel Yves Bouthillier

©  Lapi-Viollet

26 février 1901 Saint-Martin-de-Ré (Charente-Maritime)
4 janvier 1977 Paris


 

Milieu Familial

  • Fils de Louis, négociant-armateur, et de Mathilde BOUJU
  • Épouse le 3 août 1922 Germaine BOUJU.
  • Une fille : Françoise.
     

 

Études

  • Collège Fénelon de La Rochelle (Charente-Maritime), École centrale des arts et métiers (1919-1921), faculté de droit de Paris
  • Licence en droit (1925).
     

 

Carrière professionnelle

  • Inspecteur des finances (concours de 1927)
  • Directeur du contrôle des administrations financières et des dépenses engagées (1932)
  • Directeur du budget et du contrôle financier (1935)
  • Directeur des finances de la ville de Paris et du département de la Seine (1936-1938)
  • Secrétaire général du ministère des finances (1938-1940)
  • Procureur général près la Cour des comptes (1942-1944)
  • Administrateur de la Banque commerciale de Paris (1951) ; président de la Compagnie charentaise des transports maritimes à la Flotte-en-Ré (Charente-Maritime).

 

Mandats électifs

  • Maire de Saint-Martin-de-Ré (Charente-Maritime, 1958-1972).
     

 

Responsabilités exercées

  • Attaché aux cabinets des ministres des finances et du budget (1930-1932)
  • Chef de cabinet du ministre des finances (1933-1934).  

 

Partagez cet article !