Accueil du portailCAEF › Paul REYNAUD
Centre des archives économiques et financières

Paul REYNAUD

08/11/2011

Ministre des finances (et des affaires économiques) durant 836 jours

dans les cabinets TARDIEU (2 mars - 13 décembre 1930) [Finances], DALADIER (1er novembre 1938 - 21 mars 1940) [Finances] et MARIE (26 juillet - 5 septembre 1948) [Finances et affaires économiques].

Sources CAEF

Archives

Le CAEF détient un dossier datant de l'époque du gouvernement Daladier.

1A-0000401/2 : Organisation et fonctionnement du Comité de réorganisation administrative : textes officiels relatifs à ce Comité, correspondance président du Comité/ Ministre des finances, rapport du Ministre des finances au Président de la République. - 1938-1939

 

Sources complémentaires

Archives nationales, sous-série 74 AP, fonds Paul Reynaud :
http://daf.archivesdefrance.culture.gouv.fr/sdx-222-daf-bora-ap/ap/fiche.xsp?id=DAFANCH00AP_74AP&q=sdx_q29&n=1&x=rsimple.xsp .

 

Résumé de l'action ministérielle

1930 : le budget 1930 que Paul REYNAUD fait aboutir avec la loi du 16 avril 1930 se caractérise par un renforcement du contrôle parlementaire de la trésorerie, en prévoyant que le ministère des finances communiquera tous les six mois aux chambres un état des encaisses du Trésor et de la dette publique.
Parmi les dispositions fiscales figurent la réduction du taux d'imposition des bénéfices industriels et l'instauration d'une taxe de luxe sur les voitures étrangères. Le texte précise aussi les modalités d'exercice du contrôle financier local.
C'est au cours de ce premier séjour de Paul REYNAUD aux finances qu'est institué le principe de la majoration de 10% des contributions acquittées avec retard.

1938-1940 : après l'intermède du deuxième cabinet BLUM, Paul REYNAUD renoue avec la politique, initiée par Paul MARCHANDEAU, de réduction du déficit budgétaire et d'augmentation des dépenses militaires. Au chapitre des économies, il stoppe le recrutement des fonctionnaires, interdit la prise de nouvelles participations de l'État dans les entreprises et obtient l'autorisation de consolider les emprunts à court terme ou à échéances massives (décrets du 21 avril 1939). Il finance l'effort d'armement par des mesures fiscales (relèvement des taux ou des tarifs des impôts existants, institution d'une contribution nationale extraordinaire) et par l'émission de nouvelles valeurs du Trésor, les bons d'armement (décret du 30 juin 1939). Novateur en matière de communication gouvernementale, il confie à un service de propagande pour les émissions du Trésor, institué pour la circonstance (décret du 24 février 1940), le soin de séduire les épargnants. Dès la déclaration de guerre, il instaure le contrôle des prix et des changes, crée l'Office des changes (décret-loi du 9 septembre 1939) et l'Office de compensation (décret-loi du 29 novembre 1939). On retiendra enfin que Paul REYNAUD est le fondateur de l'institut de conjoncture (décret-loi du 12 novembre 1938) qui, sous la conduite d'Alfred SAUVY, est à l'origine de la modernisation du système statistique public.

Retour à la chronologie IIIe République 

Modifié le 08/11/2011

Portrait de Paul Reynaud

© Bibliothèque Nationale

15 octobre 1878 Barcelonnette (Alpes-de-Haute-Provence)
21 septembre 1966 Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine)

 

Milieu Familial

  • Fils d'Alexandre, industriel, et d'Amélie GASSIER
  • Épouse le 12 février 1912 Jeanne ROBERT.
  • Une fille : Colette (Mme Roger DERNIS)
  • Épouse en secondes noces le 29 décembre 1949 Dolorès MABIRE.
  • Trois enfants : Serge, Evelyne, Alexandre

 

Études

  • Lycée Louis-le-Grand, faculté de droit de Paris, École des hautes études commerciales
  • Doctorat en droit (1904).

 

Carrière professionnelle

  • Avocat (1910)
  • Membre d'une mission diplomatique en Russie soviétique (1918).

 

Mandats électifs

  • Famille politique : modérés-conservateurs
  • Conseiller général du canton de Saint-Paul-sur-Ubaye (Alpes-de-Haute-Provence, 1913-1938)
  • Député des Basses-Alpes (1919-1924), de Paris (1928-1942) et du Nord (1946-1962).

 

Responsabilités exercées

  • Ministre de la justice et du contrôle des administrations publiques (1932)
  • Ministre de la justice (1938)
  • Président du Conseil, ministre de la défense nationale et de la guerre (1940).

 

Écrits

  • Politique économique : Notre situation financière, trésor et monnaie (1930) ; Bilan économique et financier de la France (1938) ; Finances de guerre, 29 juillet 1939 - 29 février 1940 (1940)
  • Autobiographie : Au cœur de la mêlée, 1930-1945 (1951) ; Mémoires, t. I, Venu de ma montagne, t. II, Envers et contre tous (1960-1963).
Partagez cet article !