Accueil du portailArchivesBilan 2013 de l'ouverture des lieux publics aux tournages et aux événements

Bilan 2013 de l'ouverture des lieux publics aux tournages et aux événements

02/05/2014
Cour d'appel de Poitiers ©APIE

Avec 774 tournages de films, téléfilms et documentaires accueillis dans les sites publics d’une cinquantaine de ministères et d’opérateurs de l’Etat, la politique de valorisation, initiée par l’Agence du patrimoine immatériel de l'Etat (APIE) depuis 2007, atteint en 2013 ses meilleurs résultats.
 

 

 

©Agence du patrimoine immatériel de l'Etat (APIE)

 

 

La progression par rapport à 2012 résulte d'une augmentation du nombre de tournages et de celui des sites entrés dans la démarche promue par l'APIE.

Cette progression confirme l’intérêt pour les réalisateurs d'accéder à des lieux publics qui constituent souvent des décors incontournables en termes de prestige, symbole, histoire ou parce qu'ils sont spécifiques - palais de justice, hôpitaux, prisons, etc.

Dès sa création, l’Agence du patrimoine immatériel de l'Etat a incité les ministères à s’ouvrir aux tournages en accueillant favorablement les demandes des réalisateurs, et mis à leur disposition les outils pour les gérer et les valoriser. Les administrations sont passées d’une démarche empirique à une politique d’ouverture, assise sur une méthodologie structurée.

Les missions de l'APIE

Créée en 2007, l’Agence du patrimoine immatériel de l’Etat (APIE) est un service à compétence nationale.

Ses missions s’inscrivent dans un triple objectif :

  • optimiser l’impact de la gestion du patrimoine immatériel sur l’économie ;
  • tirer parti d’une meilleure valorisation des actifs pour moderniser les services publics, soutenir la conduite des politiques publiques au profit des usagers et contribuer au désendettement ;
  • prémunir l’Etat et les usagers contre d’éventuels risques de détournement.

A cette fin, l’APIE :

  • sensibilise les acteurs publics aux enjeux attachés aux actifs immatériels ;
  • facilite la prise en compte de ces enjeux et l’adoption de nouveaux modes de gestion au sein de l’administration ;
  • accompagne les administrations et les établissements publics de l'Etat pour la définition de nouvelles stratégies et la conduite de projets concrets de valorisation de leur patrimoine immatériel ;
  • participe à l’élaboration et au suivi des règles de comptabilité publique relatives aux actifs immatériels.

 

 

Partagez cet article !