Imprimer la page

Débat sur la protection des consommateurs au Sommet européen de la consommation

Benoît Hamon a participé le 18 mars, à Bruxelles, au Sommet européen de la consommation dans le cadre d’un débat sur la protection des consommateurs.

Les discussions entre ministres européens chargés de la consommation ont notamment permis d’aborder les problématiques de l’efficacité des contrôles menés par les autorités de protection des consommateurs ainsi que les questions de coopération entre ces autorités, pour les dossiers impliquant plusieurs Etats membres.

 

 

 

La crise de la viande de cheval

Ces sujets renvoient à l’actualité récente sur la crise de la  viande de cheval qui a souligné l’importance pour le consommateur d’avoir accès, au sein de l’Union européenne, à des produits ou services sûrs et de qualité et de disposer à leur égard d’une information claire et transparente.

Le ministre a précisé que dans le contexte actuel de crise économique, il fallait veiller à ce que la rationalisation budgétaire ne nuise pas à l’efficacité de l’action des pouvoirs publics. Il a enfin rappelé l’avancée que représentera pour les consommateurs français la mise en oeuvre prochaine d’une action de groupe.

En marge de ce sommet, Benoît Hamon a rencontré, lors d’entretiens bilatéraux, plusieurs de ses homologues européens (Autriche, Portugal et Roumanie). Ces entretiens ont notamment montré les convergences de vues sur l’évolution nécessaire de la législation européenne suite à l’affaire de la viande de cheval.

 

Benoît Hamon

« Il est bien sûr nécessaire dans chaque Etat membre d’améliorer les contrôles et les sanctions : c’est ce que nous allons faire en France. Mais il est également primordial que la législation européenne puisse évoluer en matière de traçabilité et de marquage du pays d’origine des viandes dans les plats préparés. Il est beaucoup plus difficile de tricher quand on impose la transparence».

Lire aussi

Viande de cheval : le plan d'action gouvernemental - 13/03/2013

 

Partager la page