Accueil du portailVous orienterEntreprise › La mutuelle d'entreprise devient obligatoire au 1er janvier 2016 dans le secteur privé

La mutuelle d'entreprise devient obligatoire au 1er janvier 2016 dans le secteur privé

15/12/2015

© Phovoir.fr

Tous les employeurs auront désormais l'obligation de fournir une complémentaire santé collective à leurs salariés, et participer au moins à hauteur de 50 % du prix des cotisations.

La date butoir est là. Au 1er janvier 2016, les employeurs du privé (hors particuliers employeurs) doivent proposer une couverture complémentaire santé collective, autrement dit une « mutuelle d'entreprise », à l'ensemble de leurs salariés qui n'en disposent pas déjà. Les employeurs doivent en effet avoir souscrit un contrat auprès d'un assureur, après mise en concurrence, à cette date.

Des garanties minimales obligatoires

La complémentaire santé choisie doit satisfaire au niveau minimal de garanties exigé par la loi :

  • l'intégralité du ticket modérateur à la charge des assurés sur les consultations, actes et prestations remboursables par l'assurance maladie obligatoire ;
  • le forfait journalier hospitalier ;
  • les dépenses de frais dentaires, à hauteur de 125 % du tarif conventionnel ;
  • les dépenses de frais d'optique, sur la base d'un forfait par période de deux ans (forfait annuel pour les mineurs et en cas d'évolution de la vue), avec 100 euros minimum pour les corrections simples, 150 euros minimum pour une correction mixte simple et complexe, 200 euros minimum pour les corrections complexes.

L'employeur doit participer pour au moins la moitié du montant des cotisations, le reste étant à la charge du salarié. La complémentaire concerne également les ayants droit du salarié.

Des négociations ou une décision unilatérale

A défaut d'accord de branche, l'employeur doit avoir négocié avec les représentants du personnel de l'entreprise. En cas d'échec des négociations ou dans les entreprises de moins de cinquante salariés, la mutuelle est mise en place par une décision unilatérale de l'employeur (DUE). Un document écrit qui précise le dispositif choisi : nom de l'assureur, garanties, cotisations...
 

Un salarié peut-il refuser la mutuelle d'entreprise ?

Dans certains cas, un salarié peut demander (par écrit) une dispense d'adhésion à la complémentaire santé collective de l'entreprise. Par exemple :

  • si le salarié dispose déjà d'une couverture complémentaire (mutuelle individuelle, couverture maladie universelle complémentaire ou CMU-C, aide au paiement d'une complémentaire santé ou ACS) ;
  • s'il dispose déjà d'une couverture collective (notamment en tant qu'ayant droit) ;
  • s'il est en contrat à durée déterminée (CDD) de moins d'un an ;
  • s'il est à temps très partiel ou s'il est apprenti et que la cotisation représente 10 % ou plus de son salaire.

A condition que cette possibilité de dispense soit bien précisée à chaque fois dans l'acte juridique qui a mis en place la complémentaire santé.

>> En savoir plus sur les possibilités de refus des salariés (Service-Public.fr)

 

Partagez cet article !

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • ©Fotolia.com

    20/02/2017

    Le crédit d’impôt recherche (CIR) a pour objectif d’améliorer l’innovation et la compétitivité des entreprises. Grâce à ce crédit d’impôt, les entreprises peuvent engager des dépenses de recherche et développement et être en partie remboursées sur ces dépenses.

  • 20/02/2017

    Quels sont les avantages à reprendre une entreprise ? Comment trouver l'affaire qui vous correspond et la financer ? Nicolas d’Arco, chef du bureau de l’entrepreneuriat et du développement des entreprises à la direction générale des Entreprises (DGE) répond aux questions des entrepreneurs qui voudraient se lancer.

  • ©Fotolia.com

    17/02/2017

    Vous êtes une association, une fondation ou un organisme non lucratif mais ne savez pas quels impôts vous devez payer ? Pour vous aider, voici toutes nos explications.

  • © Fotolia

    17/02/2017

    Dans sa brochure, la direction générale des Entreprises (DGE) propose notamment un test pour évaluer votre positionnement face aux technologies numériques et des informations pratiques pour augmenter vos performances.

  • © Fotolia

    16/02/2017

    Depuis le 27 janvier 2017, la mise à disposition dans la restauration de boissons sucrées à volonté est interdite. Quels sont les établissements et les types de boissons concernés ?

  • 15/02/2017

    Document détaillant les points clés de votre projet de création ou de reprise d'entreprise, le business plan est un outil incontournable pour structurer votre projet et convaincre banquiers et financeurs. Mais savez-vous comment le réaliser ? Les conseils d'Adil Maldou, du réseau d'appui aux entrepreneurs BGE.

Le ministère sur Twitter

Lettres d'information

Partagez cet article !