• Facebook
  • Twitter
Suivez-nous sur les médias sociaux | Abonnez-vous aux lettres électroniques
Accueil du portailSCIEAccueil › Service de Coordination à l'Intelligence Economique
Service de coordination à l'intelligence économique

Service de Coordination à l'Intelligence Economique

 


L’intelligence économique est un vecteur d’opportunités pour l’Etat et les entreprises, avec au cœur de la problématique, la capacité des forces en présence à identifier les changements en cours. Les outils – l’anticipation, la capacité d’écoute et d’observation, l’influence et la sécurité économique – sont pertinents pour appréhender ces mutations.

Le Chef de service, Coordonnateur ministériel à l’intelligence économique
 


    Les missions du service s'inscrivent dans les priorités de la politique publique d'intelligence économique. Elles sont principalement orientées vers la veille stratégique et le soutien à la compétitivité des entreprises et des établissements de recherche. Il s'agit de promouvoir l'innovation et les pôles de compétitivité, de mener des actions d'influence notamment auprès des organisations internationales, d'accompagner le développement des entreprises au travers des différentes étapes de leur évolution, et de faciliter leur accès à l'international. Véritable laboratoire de la modernisation de l’Etat, le SCIE inscrit résolument son action dans l’anticipation des mutations scientifiques, technologiques, économiques et sociétales de la France.


      L’intelligence économique (IE) est une ingénierie de la collecte, de l'analyse stratégique et de la valorisation de l'information utile pour un éclairage et une aide à la décision. Elle utilise toutes les ressources des technologies de l’information et de la communication, des réseaux humains et de leur capacité d'influence pour donner aux entreprises, ou à un Etat, les moyens d’être plus compétitif et plus efficace face à la concurrence. Pratiquée par tous les grands pays industrialisés et émergents, elle permet d’assurer aux entreprises un avantage concurrentiel, et à l’Etat de pouvoir anticiper les évènements et d’accompagner les mutations économiques.


        Placé directement auprès du Secrétaire général, le Coordonnateur ministériel à l’intelligence économique (CMIE) dispose d’une structure souple et proactive, le Service de coordination à l’Intelligence Economique (SCIE) qui comprend, outre un échelon central, un réseau de Chargés de mission Régionaux à l’Intelligence Economique (CRIE), rattaché aux Directions Régionales des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi. Au titre des deux ministères, le Chef de service est le correspondant privilégié du Délégué interministériel à l'intelligence économique. Plus d'informations

          J’ai la conviction que notre influence repose sur notre capacité à combiner les différents réseaux et niveaux institutionnels, les ressources humaines et naturelles rassemblées dans la Francophonie, formidable passerelle entre 80 États et gouvernements sur les cinq continents.

          Michaëlle JEAN
          Secrétaire générale de la Francophonie

          Crédit photo Cyril Bailleul/OIF

            Sachant qu’une bonne stratégie ne permet plus de gagner si elle ne s’appuie pas sur un consensus et des convictions partagées, il faut donc intégrer dès le début des travaux cette capacité d’influence qui se révélera primordiale pour nous différencier face aux autres territoires.

            Alain JUILLET
            Président du Club des directeurs de sécurité des entreprises et de l'Académie de l'intelligence économique

              Le sujet de l’e-réputation est emblématique de l’intelligence économique car il en réunit toutes les composantes : la sécurité, car c’est un risque croissant, qui nécessite pour être maîtrisé une veille permanente et qui touche l’entreprise dans son image ...

              Claude REVEL
              Déléguée interministérielle à l'intelligence économique

                La Lettre IE Bercy a exploré, tout au long de l’année 2014, trois grandes thématiques : les transports, les matières premières et l’économie numérique. Au travers de cette approche, la volonté a été d’illustrer, dans une logique d’intelligence économique, tant la diversité des changements à l’œuvre que des interactions entre eux.


                Pascal LOROT, Président de l’Institut Choiseul a signé l’éditorial du dernier numéro de l’année consacré aux aspects territoriaux de ces enjeux.

                  Dans un monde incertain et turbulent, je suis plus que jamais persuadé que la politique publique d’intelligence économique est un formidable levier tant pour les entreprises que pour les services de l’Etat. Un levier qui ne demande qu’à être davantage actionné. Alors ce levier, ACTIONNEZ-LE ! ...

                  Nicolas MOINET
                  Professeur des universités à l’IAE de Poitiers