Suivez-nous sur les médias sociaux | Abonnez-vous aux lettres électroniques
Accueil du portailFACILECO › Quelques notions de comptabilité
Logo de Faciléco : Mieux comprendre l'économie

Quelques notions de comptabilité

Fiches comptables et calculette

Les principales notions comptables : notions de comptabilité générale et notions de comptabilité de gestion.

 

 

 

Notions de comptabilité générale

  • Le bilan

Le bilan est une sorte de photographie du patrimoine de l'entreprise à un instant donné. On y trouve tout ce que l’entreprise possède, mais aussi tout ce qu’elle doit.

Le bilan est toujours divisé en deux parties  : l’actif et le passif.

  L’actif  : c’est la liste de tout ce que possède l’entreprise et qui contribue à son activité.
On y trouvera donc les machines et les bâtiments qu’elle possède. S’y ajoute aussi l’argent en banque. Il ne faut pas oublier l’argent dû par les clients qui n’ont pas encore payé (les créances clients), ou encore les stocks de matières premières ou de produits qui seront bientôt vendus. On les classe au sein du bilan en fonction de la rapidité avec laquelle l’entreprise peut les convertir en argent.

  Le passif  : c’est exactement l’inverse de l’actif.
Le passif est donc la liste de toutes les obligations financières de l’entreprise.
On y trouve d’abord, l’argent que l’entreprise doit aux investisseurs (les actionnaires, les créateurs de l’entreprise) : ce sont les capitaux propres.
A cela s’ajoute les montants dus aux autres partenaires  : les emprunts à la banque, les dettes vis-à-vis des fournisseurs, les salaires des salariés, les impôts de l'Etat.

Par construction, un bilan est à l’équilibre  : le passif est donc égal à l’actif.

  • Le compte de résultat

Le compte de résultat permet d’appréhender l’enrichissement (ou l’appauvrissement) de l’entreprise du fait de son activité pendant une période donnée.
Cet enrichissement se mesure à travers la notion de profit ou de bénéfice. On le calcule comme suit :

Bénéfice = Revenus – Dépenses

Les revenus sont de différentes formes suivant l’entreprise.
Dans un magasin, les revenus viendront essentiellement de la vente de marchandises, alors que pour un cabinet d’architectes, les revenus seront tirés des honoraires de leurs prestations.
Les revenus peuvent venir aussi de l’argent que l’entreprise aura placé (on parle de produits financiers) ou encore de circonstances exceptionnelles (subventions, revente d’une machine…)

Les dépenses sont nombreuses dans les entreprises.
Sans être exhaustif, on recensera : les achats de matières premières, les charges liées au personnel, le loyer des magasins ou de l’usine, les charges financières (le remboursement des emprunts par exemple)…

Notions de comptabilité de gestion

La comptabilité de gestion se donne pour objectif de synthétiser un certain nombre de données économiques afin de permettre aux managers et aux dirigeants de prendre les meilleures décisions.

  • Les coûts fixes et les coûts variables

L’activité d’une entreprise génère nécessairement des coûts.
Mais ces coûts n’ont pas tous le même comportement  : certains augmentent en parallèle de leur production alors que d’autres restent relativement stables peu importe la production.
Par exemple, pour un boulanger, le loyer restera le même peu importe le nombre de baguettes vendues. En revanche, les coûts liés à l’achat de farine vont augmenter en parallèle de la production et des ventes de baguettes.

On distingue donc les coûts variables et les coûts fixes  :

  Les coûts fixes  : ce sont des coûts qui restent stables lorsque l’activité varie. C’est le cas du loyer, de la location des machines, du personnel à court terme,…

  Les coûts variables  : ce sont des coûts qui évoluent proportionnellement à l’activité de l’entreprise. On peut penser aux coûts d’achat des matières premières ou aux coûts d’emballage des produits…

  • Le seuil de rentabilité ou le moment où l’entreprise devient rentable…

La distinction coût fixe / coût variable est très importante pour comprendre quand l’entreprise devient rentable.
Afin de bien comprendre cette notion de seuil de rentabilité, on peut prendre l’exemple d’une crêperie.
Faisons la liste des coûts de la crêperie  :

Supposons que le prix d’une crêpe soit de 2 €. Le gain de l’entreprise sur chaque crêpe vendue se calcule grâce à la « marge sur coûts variables »

Marge sur coûts variables = prix de vente - coûts variables

Ici, notre gain sur chaque crêpe vendue est de : 2 – 1,25 = 0,75€.
Chaque crêpe vendue rapporte donc 0,75€. Mais l’entreprise ne sera rentable qu’à partir du moment où la vente des crêpes aura permis de rembourser les 600€ de coûts fixes.

La question que se pose l’entrepreneur est donc de savoir « Combien de crêpes au minimum dois-je vendre pour gagner de l’argent ?  ».

Sachant qu’il gagne 0,75€ par crêpe, et qu’il doit au moins gagner 600€ pour couvrir les coûts fixes, il doit faire : Nombre de crêpes minimum = 600 / 0,75 = 800

Il faut donc vendre 800 crêpes pour ne pas perdre d’argent. Ce n’est qu’à partir de la 801ème crêpe que l’entrepreneur commencera à faire du profit.

La formule générale pour déterminer le seuil de rentabilité se calcule donc ainsi :

Seuil de rentabilité en quantité = coûts fixes / marge sur coût variable unitaire

 

< Retour au sommaire

    © Le portail de l'économie et des finances