Suivez-nous sur les médias sociaux | Abonnez-vous aux lettres électroniques
Accueil du portailArchives › Parution de l'étude sur l’apport de la culture à l’économie française
Archives

Parution de l'étude sur l’apport de la culture à l’économie française - 03/01/2014

Le Mucem, musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée

L'étude sur l’apport de la culture à l’économie française a été publiée le 3 janvier 2014. Elle fait ressortir le poids significatif du secteur culturel dans l’économie où il représente 3,2 % du PIB en 2011 et 670 000 emplois en France.

 

 

 

 

Le Mucem, musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée a été inauguré le 7 juin 2013 à Marseille. ©Maxppp/Le Parisien

 

Pierre Moscovici, ministre de l’économie et des finances, et Aurélie Filippetti, ministre de la culture et de la communication, avaient confié une mission à l’Inspection générale des finances (IGF) et l’Inspection générale des affaires culturelles (IGAC), en vue de mesurer le « poids économique » de la culture en termes de valeur ajoutée, de production et d’emplois. Cette étude a été rendue publique le 3 janvier 2014.

Un poids significatif

L'étude fait ressortir un poids significatif du secteur culturel, avec 104,5 milliards d’euros d’apports directs et indirects à l’économie nationale en 2011 : les activités culturelles représentent 57,8 milliards d’euros de valeur ajoutée, soit 3,2 % du PIB national, 670 000 personnes employées soit 2,5 % de l’emploi actif en 2010 et certains secteurs sont fortement exportateurs, comme les jeux vidéo et la mode.

Cette étude confirme également que le numérique a profondément bouleversé les chaînes de valeur de l’économie culturelle, avec une captation d’une part de la valeur ajoutée par les plateformes numériques chargées de l’intermédiation entre les créateurs et les consommateurs (Apple, Google, Amazon, etc.).

Le poids et la répartition des soutiens publics existants

Le travail réalisé permet également d’appréhender le poids et la répartition des soutiens publics existants dans ce domaine, avec un apport financier total de l’Etat à la culture estimé à 13,4 milliards d’euros par la mission, incluant 11,1 milliards de crédits budgétaires, 1,4 milliards de dépenses fiscales et 0,9 milliards de taxes affectées. Les dépenses des collectivités territoriales sont évaluées pour leur part à environ 7,6 milliards, dont une partie vient de l’Etat compte tenu des flux croisés de financement.

Sur la base de l’étude d’un panel d’événements culturels locaux, la mission démontre également que les manifestations culturelles soutenues par les collectivités publiques génèrent des retombées économiques positives pour les territoires concernés. En développant une méthodologie inédite de comparaison du dynamisme de territoires similaires ayant bénéficié ou non d’une implantation culturelle récente, les deux inspections générales ont également établi une corrélation positive entre une implantation culturelle structurelle (équipement fixe, festival reconduit sur la durée) et le développement socio-économique d’un territoire. Ce travail sur les retombées économiques sera prochainement enrichi par l’étude en cours de réalisation sur l’impact de Marseille 2013.

La culture, au service du rayonnement national

Pierre Moscovici et Aurélie Filippetti soulignent l’importance des interventions publiques pour conforter, dynamiser et renforcer la place et la compétitivité du secteur de la culture dans l'économie, au service du rayonnement national et de la vitalité des territoires, et pour inciter à l’émergence de modes de partage de la valeur respectueux de l'ensemble de la chaîne économique et notamment des créateurs, à l’ère numérique.

Ils soulignent à cet égard que la loi de finances rectificative pour 2013 vient ainsi de réformer le crédit d’impôt jeu vidéo, pour mieux le cibler et renforcer l’attractivité du territoire pour cette industrie culturelle, et de faire évoluer les crédits d’impôt cinématographiques, pour maintenir la diversité de la production nationale et favoriser la venue de tournages internationaux sur le territoire.

Par ailleurs, les ministres indiquent qu’après les travaux engagés en 2013 et les concertations menées dans les différents secteurs des industries culturelles, après les premières réformes conduites notamment dans la loi audiovisuelle et les lois de finances pour 2013 et 2014, les réformes et les évolutions des dispositifs de soutien à la création se poursuivront en 2014, dans le cadre notamment de la loi sur la création.

    Haut de page

    © Le portail de l'économie et des finances